• Woodstock - Tome 04 - Yukai Asada

    Résumé :

    Le concours Rock Revolution commence alors que nos amis sont enfin au complet. Mais si le groupe Charlie a enfin tous ses membres, d'autres problèmes se profilent : le premier est qu'un groupe usurpe toujours leur identité, et il a plus d'expérience... Le second problème est qu'il y a une multitude de groupes de genres très différents qui feraient n'importe quoi pour obtenir un contrat avec une major. Les éliminatoires commencent et Charlie parvient à bien se classer, cependant les premières critiques tombent et les membres se remettent en question... Psy est très vite reconnu, et son grand frère (qui fait toujours partie de leur ancien groupe) fait une apparition. C'est surtout Sue et Gaku qui se font remarquer pour leur côté amateur, mais le goût du créateur de Charlie pour la musique peut accomplir des miracles !

     

    Avis par Jake :

    Le meilleur tome depuis le début de ce manga ! Il est bourré d'humour et l'on sent que l'histoire s'envole complètement ! Le fait d'entrer dans un véritable concours lance nos amis dans un esprit de compétition et les pousse à s'unir. On les voit différement, eux même se considère d'une autre magnière après avoir évalué la compétition. Côté dessin, le mangaka s'est bien repris et nous offre du très beau travail. le scénario devient très excitant et à chaque démonstration, on se demande si le vrai Charlie va être éliminé, ou comment ses membres vont résister à la pression. C'est également très marrant de voir d'autres styles, d'autres inspirations. En prime, on a toujours droit aux commentaires de l'auteur qui nous conseille des albums et des morceaux ! Vous l'aurez compris, cet opus est une vraie réussite, et je n'ai qu'un désir : que la qualité continue à être aussi bonne pour la suite ! Pour ma part, je continuerai avec plaisir à suivre les aventures du vrai Charlie !

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Le jour où le diable m'a trouvée - April Genevieve Tucholke

    Caractéristiques :

    Genre : Fantastique

    Grand format : 332 pages / 16,00 €

     

    Résumé :

    Violet a dix sept ans et vit avec son frère dans la luxueuse maison de sa famille. Seulement deux choses manquent : l’argent, dilapidé par leurs parents férus d’art, et les dits parents qui ont plus important à faire que prendre soin de leurs enfants. Un jour, Violet loue une chambre et c’est un jeune homme très charismatique qui vient s’y installer : River West. Mais bien vite, Violet va se rendre compte que River n’est pas un garçon comme les autres… Autour de lui, les gens se mettent à avoir des visions d’horreur, ou à commettre l’impensable ! Pourtant, malgré cette crainte qui monte en elle, Violet ne peut s’empêcher de ressentir une attraction pour cet inconnu qui semble débiter mensonge sur mensonge… Quel est donc le pouvoir de River ?

     

    Avis par Jake :

    Un avis très partagé sur ce roman… Tout d’abord, il peut aussi bien convenir aux ados qu’aux adultes, car l’écriture est très précise et la narration très aboutie. De même, les personnages quasiment adultes sont loin d’être stupides ou naïfs. L’ambiance dans laquelle nous plonge l’auteur est délectable ! C’est noir et sombre, j’ai adoré ! En revanche, j’ai trouvé que l’histoire n’avançait pas, et malgré certains événements « choquants », le rythme ne change pas, ce qui est vraiment dommage… J’ai aussi trouvé que le titre portait préjudice au roman : on s’attend véritablement à ce que le diable débarque, à ce que les ténèbres surgissent etc… alors qu’en fait, il s’agit « simplement » d’un pouvoir de persuasion un peu démoniaque. Côté personnages, j’ai beaucoup aimé la relation entre Violet et son frère. Elle sonne vraie : ils se tirent dans les pattes mais sont pourtant présents l’un pour l’autre, d’autant plus qu’ils ne peuvent pas compter sur leurs parents. Il est dommage que la trame s’accélère aussi près de la fin, le livre avait pourtant un très bon potentiel…

    Lien direct : Editions Hachette


    votre commentaire
  • Woodstock - Tome 03 - Yukai Asada

    Résumé :

    Gaku a proposé à la jeune Sue d’être la voix du groupe Charlie. Mais deux problèmes se posent : le premier est que la jeune fille s’est promis de ne jamais faire partie d’un groupe étant donné l’historique de son père avec le rock… D’autre part, l’intérêt de Gaku pour Sue est loin d’être partagé par Shiina et Psy… Le caractère (explosif) de ce dernier est d’ailleurs dangereusement similaire à celui de Sue ! En parallèle, une grande menace pourrait contrecarrer le futur du groupe : Charlie est victime de plagiat et les vrais membres se retrouvent même à assister à la représentations de leurs rivaux. Si le vrai Charlie veut survivre, il est temps pour ses membres de montrer ce qu’ils valent !

     

    Avis par Jake :

    Un tome qui fait de nouveau bouger les choses ! Un petit bémol sur le dessin, en particulier au niveau de Gaku dans le premier chapitre : c’est comme si le mangaka avait oublié son visage ! Mais sinon, j’ai préféré ce volume au dernier. C’est très certainement grâce à la personnalité de Sue : elle est petite mais féroce, et entre toujours en conflit avec Psy. Jusque là, tout le monde lui passait son mauvais caractère, mais Sue ne lâche rien et cela donne de bons moments ! L’apparition du groupe plagieur est une très bonne idée et force Charlie à se mettre enfin en avant. C’est peut-être ce qui leur fallait pour embrayer finalement après plusieurs séances de répétitions. L’histoire se complique un peu et la journaliste va probablement avoir un grand impact sur la publicité que pourrait avoir Charlie. De même, le père de Sue (dont on apprend le rôle en cours de volume) pourrait bien être davantage présent. Le challenge lancé en fin d’opus nous garantit des conflits dans le futur entre les deux groupes, et cela présage du meilleur pour la suite de Woodstock !

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Memento - Jennifer Rush

    Caractéristiques :

    Genre : Science-fiction

    Grand format : 310 pages / 15,90 €

     

    Résumé :

    Anna, Sam, Cas et Nick sont toujours en cavale. Pourtant, l’Agence ne les a pas oubliés… Bientôt, Anna découvre que sa sœur Dani est vivante, et qu’elle a été capturée par l’Agence…Est-ce bien réel, ou n’est-ce qu’un nouveau piège de l’Agence pour tenter de les reprendre ? Après la trahison de son meilleur ami Trev, il n’est pas certain que la jeune femme puisse supporter qu’un membre de sa famille puisse encore lui tourner le dos… Mais elle n’est plus la frêle jeune femme qu’elle était : elle a subi un entraînement grâce aux garçons, et elle fait désormais parti des leurs. Reste que sa sœur supposée morte était l’ex petite amie de Sam… Mais ce n’est pas la seule surprise que renferme son passé.

     

    Avis par Jake :

    Enfin la suite d’Amnesia, que nous avons tant aimé ! Et heureusement, Memento parvient sans problème à conserver la qualité du premier opus ! La narration est géniale et implique le lecteur au cœur de la trame. Il n’y a aucun temps mort, ce qui rend l’écriture très dynamique et garantit qu’on ne s’ennuie pas. Les personnages sont cohérents, et même approfondis par rapport au premier tome, pour Anna et Nick. Je regrette véritablement que Cas ne soit pas davantage au devant de la scène : son personnage est hilarant, et l’histoire gagnerait tout de même en légèreté s’il avait l’occasion de faire davantage de commentaires décalés ! Avec Dani, Will et la découverte du passé d’Anna on fait le tour de l’Agence et des aventures des garçons : la boucle est bouclée et les secrets sont révélés. La fin est satisfaisante, quoi que j’aurais aimé avoir un peu plus de détails sur les garçons (on peut toujours rêver, peut-être y aura-t-il encore une suite ?). La question est donc… aurons-nous droit au prequel qui sort bientôt aux US ?

    Lien direct : Wiz Albin Michel


    votre commentaire
  • Stand alone complex - Tome 01 - Yu Kinutani

    Résumé :

    En 2030 au Japon, dans un monde futuriste et très robotisé, il existe une unité de lutte contre le terrorisme: la section 9. Elle est composée de plusieurs agents dont les capacités technologiques dépassent l’entendement. Lorsqu’une prise d’otage incluant le ministre des affaires étrangères à lieu, c’est la section 9 qui est appelée à la rescousse. L’armée veut intervenir : l’affaire est délicate. Même lorsque les otages seront sauvés, l’équipe n’aura de cesse de comprendre quel était le sens caché de cet acte terroriste… C’est le major Kusanagi, une jeune femme à la plastique de rêve et au caractère bien trempé qui dirige son équipe d’une main de maître…

     

    Avis par Jake :

    Stand alone complex est une série dérivée de la très célèbre Ghost in the shell, que je n’avais malheureusement jamais lue, je dois bien l’avouer… Voilà qui est réparé ! Ce tome se suffit à lui-même (et porte donc bien son nom de « stand alone » qui se traduirait à peu près par « indépendant »). Il s’agit en fait d’une enquête policière un peu musclée, et c’est certainement pour cette raison que je n’ai pas particulièrement accroché. En revanche, je comprends son succès pour les amateurs du genre. L’énigme est très rondement menée. Les personnages foisonnants semblent tous avoir leur importance, et c’est un peu la « A-Team » cybernétique ! En effet, le monde dans lequel ils évoluent tous est très futuriste : chaque personnage est pratiquement un cyborg et possède de nombreuses pièces robotiques dans son corps. Les dessins sont bourrés de détails, notamment dans les décors, ce qui donne un rendu impressionnant : on a presque l’impression de suivre un anime ! Je ne suis donc pas fan, mais je comprends mieux son succès…

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • La voleuse de livres - Markus Zusak

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 526 pages / 19,90 €

     

    Résumé :

    Liesel est une jeune orpheline qui vient de perdre son petit frère, dernier membre de son passé… Elle est adoptée par deux allemands. Rosa devient « maman », une femme à la carapace solide et au jargon fleuri. Hans devient son « papa », un accordéoniste tendre qui deviendra très vite sa personne préférée au monde. Son voisin devient son meilleur ami : Rudy, qui ne se lassera jamais de lui quémander un baiser. Mais il ne fait pas bon vivre dans l’Allemagne pauvre de 1939… Et les choses se corsent encore plus lorsqu’un jour, un juif vient vivre dans leur sous-sol pour échapper à la persécution. Pourtant, tel un fil conducteur, quelque chose fait tenir Liesel : l’amour et le désir des mots… C’est ainsi qu’elle devient la voleuse de livres.

     

    Avis par Jake :

    Ce roman ne peut pas laisser de glace : il partagera en revanche très certainement ses lecteurs, par tous ses aspects. La narration, en premier, est très singulière. En effet, tout du long, c’est la Mort qui racontera les faits, non sans un humour noir très prononcé et un intérêt non dissimulé pour l’espèce humaine. Pour ma part, je n’ai pas accroché, en particulier lors des premières pages (heureusement, cela s’adoucit après). De même, la trame en elle-même est particulièrement triste (et touchante), bien trop pour un émotif dans mon genre ! Si malheureusement cela retrace une partie de notre Histoire (déplorable) qui a bien eu lieu, c’est une lecture trop lourde à mon goût. Pourtant, on ne peut nier que La voleuse de livres délivre également un message d’espoir, au même titre que la majorité des œuvres (tous supports confondus) qui traitent de la deuxième guerre mondiale. On retrouve le pire et le meilleur de l’Homme. La relation entre Liesel et son papa adoptif est particulièrement touchante, ainsi que celle la liant à Rudy, son meilleur ami. Mais la mort est véritablement omniprésente dans ce roman, et particulièrement dans les derniers chapitres qui m’ont laissé dans un état lamentable… C’est très beau, c’est aussi très très (trop) triste.

    Lien direct (extrait disponible) : Editions XO


    votre commentaire
  • Soul eater not - Tome 02 - Atsushi Ohkubo

    Résumé :

    Tsugumi et ses amies continuent leur enseignement, et c'est le tour des épreuves physiques ! Mémé et Anya s'en sortent plutôt bien, contrairement à la troisième, toujours perturbée par la proposition d'un des meilleurs élèves de la classe NOT, qui lui a proposé de devenir son partenaire... Au café, deux américaines à problèmes ont été embauchées comme serveuses et font fuir la clientèle... Seule Tsugumi persiste, et elle devient même inspirée par la force de caractère des futures armes démoniaques de Death the Kid ! L'investigation se poursuit pour débusquer la sorcière qui se cache derrière le dernier renégat de Death City... Une sorcière qui trouvera même le moyen de retourner Eternel Feather...

     

    Avis par Audrey :

    Un deuxième tome qui confirme les impressions du premier. Le début m'avait fait un peu peur en s'appesantissant sur le côté "fille", mais cela est vite rattrapé par de l'action ! Tout le charme du shojo est conservé, à travers le petite café qui semble tout de même au centre de l'intrigue. Mémé reste malgré tout un personnage assez insipide jusque là. Heureusement, ce n'est pas le cas de ses comparses... Et nous avons en plus la chance d'avoir en guest star Maka, Soul, et Kid et les filles, ce qui est toujours très agréable ! Les dessins sont superbes. J'apprécie énormément le mélange des genres qui a lieu dans cette série dérivée, en ce sens, Soul eater not ! est encore mieux que l'original ! Dommage que les volumes ne sortent pas à un plus grand rythme ! L'action n'est pas du tout en reste puisqu'une nouvelle méchante a d'ores et déjà fait son apparition. Bref, une grande réussite, c'est officiel !
     

    votre commentaire
  • Les aventures miraculeuses de Pomponius Flatus – Edouardo Mendoza

    Caractéristiques :

    Genre : Policier

    Grand Format : 225 pages / 18,80 €

     

    Résumé :

    En l’an premier de notre ère, le philosophe romain Pomponius Flatus part à la recherche d’eaux miraculeuses afin d’en découvrir les vertus médicinales. En effet, comme son nom l’indique, il souffre de flatulences…Alors qu’il arrive à Nazareth, un riche citoyen juif vient d’être assassiné. Le coupable semble être Joseph, le charpentier que tout accuse. Moyennant finances, son fils Jésus demande à Pomponius de l’aider à innocenter son père et trouver le vrai coupable. Le philosophe va accepter.

     

    Avis par Lolo :

    Que dire sur le fond ? C’est un peu comme si Sherlock Holmes avait aidé l’enfant Jésus à résoudre le grave problème de la condamnation de son père. C’est bien sûr une parodie de ce qu’aurait pu être une partie de l’enfance de Jésus. Aucune religion n’est épargnée et l’auteur en rajoute et c’est ce qui est drôle. Quand à la forme, même si j’ai trouvé quelques passages moins littéraires que d’autres, j’ai beaucoup aimé ses citations et nombreuses références au Nouveau Testament et Saintes Ecritures. Par exemple, quand Jésus demande mais « Pourquoi les premiers seront les derniers ? » ou « en vérité je te le dis », c’est vraiment drôle dans le contexte. L’auteur utilise aussi bon nombre d’anachronismes. Tout y passe, l’histoire des Romains, des Grecs, la mythologie, toutes les religions mais c’est fait sans mépris et de manière subtile. L’humour du livre vient en grande partie du choix des personnages : Jésus, Marie, Joseph…et bien d’autres. Mais à travers toute cette légèreté, l’auteur nous passe un message essentiel sur les apparences qui sont bien trop souvent trompeuses et sur la vérité qui n’est pas toujours aussi flagrante qu’on pourrait croire.


    votre commentaire
  • Magi - Tome 12 - Shinobu Ohtaka

    Résumé :

    Hakuriû a réchappé à l'attaque des membres de l'Etoile, mais sa blessure au bras est beaucoup plus grave qu'il n'y parait... Elle aura de lourdes conséquences pour sa vie, ainsi que pour celle de ses amis, puisqu'elle permet le retour au sein même du royaume de Sindoria, d'un des ennemis d'Aladin. L'occasion pour le maître des lieux de faire une petite démonstration de ses pouvoirs ! On apprendra d'ailleurs que la nature de Sinbad est plus controversée qu'il n'y parait... Jugal fait un retour impromptu, et annonce au monde que la vie même d'Aladin est étrange : en effet, en tous temps, il n'y a que trois magis dans l'univers, alors qu'Aladin est le quatrième... Ceci fait beaucoup réfléchir le jeune garçon qui choisit de continuer son chemin tout seul. Bien sûr, cette décision ne laissera pas ses amis de marbre...

     

    Avis par Audrey :

    Pour une fois, ce n'est pas l'action qui est omniprésente, mais bien les changements ! Que de perturbations dans cet opus qui nous annonce beaucoup de bouleversements pour la suite... Ce qui est une bonne chose, car je craignais que le manga s'enlise un peu... Donc ici, on voit de nouveau Sinbad se battre, et cela donne du grand art ! Ses pouvoirs donnent lieu à de superbes dessins, notamment la couverture du volume, qui est magnifique ! Le sort d'Hakuriû est assez horrible, mais finalement il se remet très vite de sa condition et fait son possible pour maîtriser le djinn qu'il a récemment acquis... Vivement que l'on voit ce que cela donne ! Peu d'Ali et de Morgiane, dommage... En revanche, très joli clin d'oeil à un ancien personnage disparu. J'adore lorsque les scénaristes (manga, livres, tv) ramène quelqu'un de façon éphémère... C'est la décision d'Aladin qui risque d'apporter le plus de changement, en le renvoyant (seul) sur les routes... Vivement la suite !

    Lien direct : Editions Kurokawa


    votre commentaire
  • Image hébergée par servimg.com

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Format poche : 44 pages

     

    Résumé :

    Lorsque le narrateur rencontre Mme Ming, dame pipi dans un hôtel en Chine, il est impressionné par sa prestance. De ce petit bout de femme, se dégagent une grande force et une grande dignité. Il est rare que les passants dans les toilettes des hommes, adressent plus qu’un « bonjour » à Mme Ming, cependant, le narrateur y sera amené lorsqu’il fera tomber par mégarde une photo de sa veste. Les deux protagonistes sont donc amenés à évoquer leurs familles. S’en suivront alors plusieurs conversations sur des rencontres espacés de plusieurs semaines, à propos du fabuleux destin des dix enfants de Mme Ming. Dix ? Rien que le nombre suscite une interrogation… Cela parait invraisemblable dans un pays où les couples sont limités à un seul enfant…

     

    Avis par Audrey :

    Cette nouvelle a beau faire 44 pages, elle parait en faire beaucoup plus étant données la richesse et la densité des émotions transmises par le récit. Le dialogue entre les deux protagonistes est très bien construit. Il suscite sans aucun doute un intérêt chez le lecteur, qui se demande si les dix enfants de Mme Ming existent effectivement, ou s’ils ne sont qu’un produit de son imagination. Ici Schmitt nous montre jusqu’où peuvent nous pousser nos sentiments et nos espoirs et à quel point le rapport à autrui peut influencer notre propre existence. Finalement, le vécu de Mme Ming aura complètement influencé la décision du narrateur… Ces deux existences sont infiniment touchantes et mémorables (tout cela en seulement 44 pages !). A lire absolument.


    votre commentaire