• Cendrillon - Disney

    Caractéristiques :

    Genre : Jeunesse / Fantastique

    Grand format : 268 pages / 16,00 €

     

    Résumé :

    Ella vit très heureuse au milieu de parents qui l’aiment, mais après le décès de sa mère, elle doit composer avec une belle-mère et des demi-sœurs méprisantes. Pourtant, Ella continue à se tenir comme sa mère lui a appris : courageuse et gentille. Même après la perte de son père, Ella fait son possible pour tenir bon… Mais devant la méchanceté de sa nouvelle famille, elle devient Cendrillon. Puis, par un heureux hasard, elle rencontre le Prince du royaume, qui cache son identité. Le grand bal organisé par la cour pourrait être l’occasion de revoir cet inconnu… C’est alors que marraine la bonne fée vient à l’aide de Cendrillon…

     

    Avis par Jake :

    Cendrillon, grand classique de Disney que je n’ai jamais pu supporter à cause de la belle famille du personnage que l’on a simplement envie de gifler, et à cause du mantra de la jeune fille qui pourrait tout aussi bien clamer : il faut savoir tendre l’autre joue… Pourtant, ce roman m’a réconcilié avec le conte ! L’entrée en matière est faite très finement en exploitant le passé d’Ella. Elle devient immédiatement sympathique, et l’amour qu’elle partage avec ses parents est touchant. Dès lors, on comprend les efforts faits pour son père, et au-delà, elle n’a plus vraiment le choix puisqu’elle n’a personne sur qui compter. La narration est simple et agréable, clairement destinée aux enfants, voire éventuellement aux jeunes adolescents. Le conte est très court et le fractionnement des chapitres en fait une oeuvre très abordable pour les plus jeunes. Quoi qu’il en soit, cela donne clairement envie de découvrir la nouvelle adaptation cinématographique, au même titre que Maléfique il y a quelques mois !

    Lien direct : Editions Hachette


    votre commentaire
  • Ladyboy vs yakuzas - L'île du désespoir - Tome 01 - Toshifumi Sakurai

    Résumé :

    Kôzô Kamashima tait un jeune yakuza plein de potentiel, enfin, jusqu’à ce qu’il couche avec la femme de son big boss, et avec sa fille ! La fureur du patron japonais n’a aucun égal, et il va jusqu’à rassembler tous les dégénérés sexuels possibles et à les isoler sur une île déserte. Et non seulement il envoie Kôzô sur cette île, mais seulement après lui avoir fait subir assez d’opérations pour le transformer en une femme ! La loi est simple : si les délurés sexuels souhaitent quitter l’île du désespoir, ils doivent en premier lieu coucher avec Kôzô ! Les tourments du jeune yakuza ne font que commencer lorsqu’il est débarqué sur l’île…

     

    Avis par Jake :

    Ca pour un titre « WTF ?! » c’en est bien un ! Ladyboy vs yakuzas est vulgaire, politiquement incorrect… et absolument hilarant ! L’histoire est impassable mais a le mérite de nous changer complètement des classiques battle royales qui ont lieu sur des îles désertes. Le personnage principal est un pitre, et on n’a pas suffisamment de compassion pour lui pour souhaiter qu’il en réchappe facilement, mais on s’attache à son côté loufoque et on s’intéresse à ses mésaventures ! On sent tout de même qu’à certains moments (lors de l’arrivée du père, notamment), le mangaka passe à un aspect plus sérieux de ce seinen, et c’est assez intéressant… Je me demande s’il continuera à l’exploiter… Les dessins sont très osés, et comme le thème, ils limitent la lecture du seinen à une population plutôt adulte. Les traits sont parfois un peu grossier, et sortent du classique coup de crayon que l’on croise dans les shojos et shonen. En fait, il y a un petit côté vintage, comme lorsque l’on se plonge dans Jojo’s bizarre adventure… C’est assez rafraîchissant comme style, et les mimiques des personnages sont sûres de vous faire éclater de rire !

    Lien direct : Editions Akata


    votre commentaire
  • Une putain d'histoire - Bernard Minier

    Caractéristiques :

    Genre : Policier

    Grand format : 520 pages / 21,90 €

     

    Résumé :

    Henry est un lycéen qui vit sur une des nombreuses îles en périphérie de Seattle avec ses deux mamans. Avec ses quatre amis (qui incluent sa petite copine), ils forment une bande très soudée. La vie est belle jusqu’à ce que Naomi, sa petite amie, lui annonce qu’elle connaît la vérité à son sujet et qu’elle ne rompe. Il est la dernière personne avec qui la jeune femme est aperçue vivante, et lorsque son corps refait surface sur une plage de l’île, les doutes se portent immédiatement sur lui. Les médias viennent également focaliser son attention sur Henry, alors même que ses deux mères adoptives ont toujours insisté pour qu’ils n’apparaissent jamais sur une photo de classe ou sur les réseaux sociaux… Au milieu des chantages, des manipulations et des disparitions, Henry parviendra-t-il à prouver son innocence, et à retrouver le coupable ?

     

    Avis par Jake :

    Voilà un livre qu’il est très dur de chroniquer sans vous révéler le final explosif… Ne cherchez pas à découvrir la vérité avant l’heure : c’est peine perdue, vous n’y parviendrez pas… En cela, c’est réellement un thriller palpitant. Le plus simple est donc pour moi de vous expliquer ce que j’ai ressenti à la lecture : durant la grande majorité de l’ouvrage, l’écriture m’a passionné, me faisant immanquablement penser à celle de Stephen King, dont je suis un grand fan ! La façon dont l’auteur et le personnage principal / narrateur nous témoignent de l’univers d’Henry, de ses liens avec ses amis et ses mères… C’est vraiment brillant, et on a qu’une envie : être intégré à ce micro univers. De même, la description de leur lieu de vie est géniale : on a l’impression d’y être, de vivre à cet endroit qui semble si spécial et unique… Les trames sont multiples et se recoupent brillamment. Je me suis simplement fait avoir en me perdant dans les lignes superbement écrites, en oubliant qu’il s’agissait avant tout d’un roman policier, comme le prouve le final hallucinant. Cela reste pour moi, sans équivoque, le meilleur des trois livres de Bernard Minier que j’ai eu l’occasion de lire (il me manque le premier : Glacé). Bref : un auteur qui se bonifie avec les années…

    Lien direct : XO Editions


    votre commentaire
  • Library wars - love & war - Tome 11 - Kiiro Yumi

    Résumé :

    La bataille fait rage entre les bibliothécaires et l’armée de la censure avec au centre de l’affaire, l’inauguration de la galerie. Deux membres de la brigade se font lourdement blessés lors de l’affrontement et tombent dans le coma. De son côté, Iku n’a pas le choix et obéit à son instinct naturel de préservation : ainsi, elle tire sur quelqu’un pour la première fois de sa vie. Heureusement, elle est soutenue par Dojo dont les sentiments semblent très clairs…

     

    Avis par Jake :

    Je prends le train en route, mais c’était l’occasion de découvrir ce manga dont le titre m’intriguait depuis un petit moment. Alors, c’est bien sûr difficile de se faire une idée avec un seul volume, surtout pris en cours de route… Mais je peux d’ores et déjà voir que ce manga ne me correspond pas. Le rythme est lent, comme celui d’un shojo, et je trouve que cela contraste trop avec l’histoire qui devrait plutôt être dynamique puisqu’il est question de guerre et de batailles. Les personnages n’ont pas su me convaincre, à l’exception de Genda, qui m’a fait sourire par son aspect « gros dur ». La relation entre Iku et Dojo (en plein milieu d’un conflit) n’est pas très crédible, et le personnage féminin m’a plutôt irrité… Les dessins sont propres au shojo : beaucoup de plans de visages (exaltés, en larmes, etc…) et des décors minimalistes… Bref, je ne réitèrerait pas avec ce manga…

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • L'épreuve - Prequel L'ordre de tuer - James Dashner

    Caractéristiques :

    Genre : Science-fiction

    Grand format : 349 pages / 18,50 €

     

    Résumé :

    Treize ans avant de l’entrée de Thomas dans le labyrinthe, une éruption solaire a mis à mal la planète et a tué une grande partie de sa population par la chaleur ou les radiations. Mais les survivants parviennent à reprendre le dessus, comme Mark et Trina, qui se sont rapprochés et sont parvenus à rester en vie en formant un groupe avec d’autres survivants, dont deux anciens militaires… Mais leurs vies basculent une nouvelle fois lorsque des inconnus débarquent un jour pour mitrailler tout le monde de fléchette contenant un liquide qui semble rendre malade la grande majorité de ses victimes… Mark et ses amis feront leur possible pour traquer les responsables de l’attaque, dans l’optique de trouver un remède à la nouvelle maladie que l’on nomme « la braise »…

     

    Avis par Jake :

    J’avais dévoré la trilogie, et trouvé le premier film plutôt pas mal et relativement fidèle au roman. J’étais donc forcément attiré par ce prequel, même si j’étais convaincu que c’était une façon pour l’auteur de surfer sur la vague de son succès. Alors, il y a certainement un peu de cela, pourtant j’ai adoré ce nouvel opus ! L’ambiance est celle que l’on a adoré dans la trilogie : la narration est telle que l’on se transporte immédiatement dans ce monde dytopique ! Les personnages sont très sympathiques, et on se prend rapidement d’affection pour eux… D’ailleurs, c’est tellement dommage d’avoir fait un seul roman plutôt court, là où on aurait pu raconter deux histoires bien distinctes ! En effet, il y a l’évolution de la braise, mais également (et j’ai envie de dire « surtout » !) les éruptions solaires ! (Qui sont contées en flashbacks par Mark.) On a envie de découvrir Mark, sa vie d’antan et la façon dont il s’est rapproché de Trina. Il y avait largement un potentiel pour une nouvelle saga, alors pourquoi être si radin ? ^^ Bref, vous l’aurez compris : j’ai adoré… même si c’est une trame plutôt dramatique… Et une bonne nouvelle nous est annoncée pour 2016 : un autre prequel verra le jour, s’intéressant cette fois-ci aux vies des Bloqueurs avant leur entrée dans le labyrinthe…

    Lien direct : Editions PKJ


    votre commentaire
  • Kamikaze kaito Jeanne - Tome 05 - Arina Tanemura

    Résumé :

    Maron se remet plutôt bien de l’attaque de son professeur et chevalier démon notoire : Noin… Et c’est principalement grâce à Chiaki, qui fait son possible pour lui prouver son affection et sa dévotion en l’amenant se détendre dans un parc d’attractions. Malheureusement, il sera obligé de lui faire une révélation sur l’ange Finn, confidente de Maron ; qui changera pour toujours la relation des deux jeunes femmes… Chiaki expliquera donc l’histoire d’Access et de Finn, lorsque cette dernière a foulé pour la première fois la planète Terre… Bien que Maron ne puisse toujours pas se transformer en Jeanne depuis que son rosaire s’est transformé en pierre, de nombreux éléments seront remis en question…

     

    Avis par Jake :

    Je dois admettre que celle-là, je ne la voyais pas arriver ! Sachant qu’il n’y avait plus que deux opus avant la fin de ce shojo, je pensais que la mangaka ferait traîner les choses, notamment au niveau de la relation amoureuse entre Maron et Chiaki pour occuper les derniers chapitres… Mais au contraire, il semblerait que la trame s’épaississe seulement maintenant avec les révélations sur l’ange Finn ! Evidemment, cela impose une ambiance plutôt dramatique et triste, ce qui est dommage car Kamikaze kaito Jeanne est surtout fort pour les réactions amusantes de ses personnages, en particulier lorsqu’ils sont dépités. Mais cela est positif vis-à-vis du scénario… Bien sûr, comme tous les mangas traitant de « magical girls », on attend tout de même un final particulièrement fleur bleue… ou serais-je une nouvelle fois surpris ?

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Brainless - Jérôme Noirez

    Caractéristiques :

    Genre : Science-fiction

    Grand format : 249 pages / 16,00 €

     

    Résumé :

    Jason est un adolescent moyen que tout le monde – y compris sa mère – a surnommé Brainless. Et encore, c’était avant qu’il meure et qu’il soit atteint du syndrome coma homéostasique juvénile, qui lui permet de rester en vie alors que son corps tend à pourrir… Il doit d’ailleurs se faire une injection quotidienne de formol et manger de la viande crue pour rester en « non vie ». Zombie ? Le terme est politiquement incorrect, pourtant c’est ce que Brainless ressent… Et cela lui va bien, puisqu’il est adepte de ce genre de films depuis toujours ! Dans un lycée de cinglés, il rencontrera une fille en marge qui pourrait bien lui prêter assistance…

     

    Avis par Jake :

    Franchement, à la place de « science-fiction », j’aurais pu mettre un gros point d’interrogation dans le genre du livre ! Avec sa couverture glauque et sa tranche orange, c’est à reculons que j’ai découvert cet ouvrage… Et pourtant, il est extra ! Je me suis bidonné du début à la fin ! Je veux dire, j’ai franchement éclaté de rire (alors qu’il y avait des gens autour) à la lecture du roman. C’est décalé, mais en même temps très réaliste. Le personnage de Brainless est super et attachant, mais le proviseur raciste homophobe culturiste est simplement hilarant ! Les chapitres sont fractionnés en récit et en une sorte de journal intime de Brainless (ces passages là sont en or !). C’est politiquement incorrect jusqu’au point final, on adore ! On en redemande ! C’est franchement un livre qui sort du lot et que je relierais avec plaisir pour me changer les idées et passer un super moment. Top ! On croise les doigts pour que la nouvelle filiale de Gulf stream « Eletrogène » nous sorte de nouveaux ouvrages dans ce style !

    Lien direct : Editions Eletrogène

    Et pour découvrir cette collection, c'est ici !


    votre commentaire
  • Duel masters revolution - Tome 01 - Shisuke Takahashi & Shido Kanzaki

    Résumé :

    Lorsqu’il était en primaire, Mirai était le plus grand fan du jeu de cartes Duel Masters, dit « Duema ». Il avait d’ailleurs initié plusieurs de ses amies aux principes… Mais les années faisant, Mirai a complètement oublié cette époque et son passe-temps. Jusqu’à ce qu’on le lui rappelle, et qu’il tente de retrouver son jeu de carte enterré dans la cour de l’école. Lorsqu’il voit apparaître en face de lui un monstre en chair et en os, il comprend que quelque chose déraille complètement avec ce jeu ! Bientôt, il découvrira qu’il n’est pas le seul : il fait parti des prévos et a un étrange pouvoir sur les cartes de Duel masters…

     

    Avis par Jake :

    Le principe, on le connaît : comme dans Yu-Gi-Oh ! il s’agit d’un jeu de monstres, pourtant, il y a bien quelques différences. Tout d’abord, contrairement au premier cité, ce shonen ne s’intéresse pas exactement aux duels de cartes entre les personnages. C’est plutôt secondaire, ce qui n’est pas une mauvaise chose ! Ici, les liens entre les personnages sont primordiaux, et l’aspect surnaturelle de la chose est mise en avant ! Il y a d’ailleurs tout un aspect secret aux pouvoirs des prévos qui est distillé au fur et à mesure et parvient à captiver le lecteur. Le ton se veut pourtant léger, et cela dédramatise les chapitres et les rend plus agréable à lire ! Les dessins sont bons, même si certains visages ne me plaisent pas particulièrement (celui de Manager est horrible, alors que Manami est parfaite…). En plus, comme le manga n’est prévu sur 5 tomes (déjà parus au Japon), il y a vraiment moyen de faire quelque chose de classe de A à Z… A suivre pour avoir confirmation !

    Lien direct : Editions Tonkam


    votre commentaire
  • Trois fourmis en file indienne - Olivier Gay

    Caractéristiques :

    Genre : Policier

    Grand Format : 272 pages / 16,00 €

     

    Résumé :

    Fitz, doit une faveur à Bob, le hacker qui lui a sauvé la vie à plusieurs reprises. Ce dernier lui demande de se faire passer pour un amateur d’art, afin de pouvoir participer à une vente privée sur l’île du milliardaire Philip Munster. En effet, ce dernier est suspecté de financer des groupes terroristes. Fitz n’a pas le choix, et sa mission sera de placer un dispositif ultra sophistiqué sur l’ordinateur de Munster. Celle qui va l’accompagner dans sa mission, n’est autre que, Jessica son ex, qui est désormais commissaire de police. Une course contre la montre débute alors pour les deux comparses…

     

    Avis par Lolo :

    On retrouve avec plaisir notre anti-héros, Fitz, toujours aussi déjanté et drôle. Cette fois-ci, il se retrouve embrigadé dans une aventure pas possible à la James Bond, avec comme acolyte Jessica, son ex, et non pas Moussah et Deborah. C’est toujours aussi bien écrit, fluide avec de courts chapitres qui nous incitent à ne pas lâcher le livre. L’histoire ressemble à un film d’espionnage et on se régale à suivre les péripéties de nos deux « espions ». Bien sûr c’est léger, mais tellement agréable à lire, qu’on passe vraiment un excellent moment de lecture. L’air de rien, j’ai d’ailleurs été vraiment bluffée par la fin ! Le décor de l’intrigue est comme la première de couverture, et nous donne des envies de plage de sable fin et de vacances... En plus, on attend la suite avec impatience !

    Lien direct : Editions Le masque


    votre commentaire
  • Dragon Ball Z - Film 11 Attaque super warrior - Akira Toriyama

    Résumé :

    Après avoir permis à Satan de conserver son titre lors du dernier tournoi des arts martiaux, C-18 vient réclamer son du au soit disant vainqueur… Elle est suivie par Goten et Trunks qui en profitent pour fouiner partout. C’est alors qu’un homme vient défier Satan… Une équipe de combattants créés par biotechnologie se dresse devant l’homme « le plus fort du monde ». Passant un nouveau deal avec C-18 et les petits, une battle royale se déclanche… Mais ces combattants ne font pas le poids face aux saiyens et à l’ancienne cyborg… Seulement, l’arme maîtresse ne tarde pas à faire son apparition : des cellules de Broly ont été utilisées après sa mort afin de créer un clone terrible. Et cette fois, il n’y a ni Goku ni Gohan pour prêter assistance aux deux jeunes saiyens…

     

    Avis par Jake :

    J’avais vu ce film, mais j’avais du me contenter de la VO, probablement car on n’a jamais pris la peine de le traduire. Il faut dire, que c’est probablement le plus bâclé des OAV de la grande saga Dragon Ball Z. Certes, les deux petits sont la touche d’humour qui fait tenir le tout, malheureusement ce n’est pas suffisant ! Tout d’abord, ce n’est pas la seconde, mais bien la troisième fois que Broly est utilisé comme adversaire, et on commence à user la corde… Contrairement à l’opus précédent, il n’y a pas Gohan, et l’équipe des bons semble un peu légère entre les deux jeunes garçons et C-18 qui est plutôt en marge… Les combats en eux-mêmes ne sont pas époustouflants, c’est surtout du menu fretin lorsque Goten et Trunks affrontent leurs adversaires. Et Broly n’est que l’ombre de lui-même sous cette mélasse biotronique ! Bref : le film de trop pour Dragon Ball Z…

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire