• La mer en hiver - Susanna Kearsley

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 449 pages / 22,50 €

     

    Résumé :

    Carrie McClelland, auteure a succès, rejoint l’Ecosse pour écrire son prochain roman. Ainsi, elle loge dans un petit chalet, et rencontre bientôt les deux fils du propriétaire, aussi charmant l’un que l’autre. Mais si Stuart s’amourache rapidement de la jeune femme, le coup de foudre est immédiat et réciproque avec Graham, le professeur d’histoire. Elle se sert d’ailleurs de son image pour créer son personnage masculin principal… Quant à l’héroïne du roman, il s’agit de Sophia, une courageuse jeune femme, ancêtre de Carrie. Mais au fur et à mesure de l’écriture, la sensation de familiarité qu’éprouve Carrie envers ses personnages et leur histoire s’accroît jusqu’à un seuil étrange. En effet, après plusieurs recherches, il s’avère que l’imagination de l’auteure rejoint l’Histoire… sur chaque détail !

     

    Avis par Jake :

    Je ne suis pas habituellement attiré par les romans historiques, donc j’ai évidemment eu une préférence pour la trame concernant Carrie… au départ en tous cas ! La narration est superbe et nous entraîne avec l’auteure dans les paysages écossais. Toute l’ambiance est retranscrite avec brio, de sorte que l’on a qu’une envie : continuer de découvrir cette Mer en hiver, tout en dégustant un bon chocolat chaud au coin du feu ! Il n’est pas vraiment question de triangle amoureux : les sentiments des uns et des autres sont clairs, et on se délecte de cette relation amoureuse assurée qui prend son temps… Et si cette Carrie m’est immédiatement apparue comme sympathique, il n’a pas fallu très longtemps pour que je sois touché par ses personnages à elle. On ne peut que s’émouvoir de l’histoire de Sophia en 1708 ! A la fois dramatique et merveilleuse, c’est incroyablement bouleversant, en particulier les derniers chapitres… La touche fantastique qui unit Carrie et Sophia m’a beaucoup plu, ajoutant un soupçon de mystère au roman. Le lien entre la trame du XVIIIème siècle et celle de notre époque est encore renforcé. Il s’agit d’une belle histoire, qui réjouira en particulier les lecteurs et lectrices de fresques historiques…

    Lien direct : Editions Charleston


    votre commentaire
  • L'homme idéal existe. Il est Québécois - Diane Ducret

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 185 pages / 15,00 €

     

    Résumé :

    Dur de trouver un conjoint : en Province, ils sont fans de rugby, ou paysan ; à Paris, ils jouent un jeu ou ne veulent pas se caser et ont peur de l’engagement ! Alors quand un homme avec un léger accent pécore et des formulations bizarres invitent une demoiselle à faire un séjour au Québec, il faut sauter sur l’occasion ! Bien sûr, le français a beau être leur langue commune, la communication n’est pas pour autant assurée ! Et si l’homme idéal était Québécois ?

     

    Avis par Jake :

    Ce roman est très court mais vraiment drôle ! Il offre une parenthèse à notre monde de stressés en nous présentant le personnage principal (dont il me semble, nous n’entendrons jamais le prénom) et sa rencontre avec un Québécois. La narration à la première personne est très réussie et nous embarque immédiatement dans le monde difficile des femmes cherchant un conjoint potentiel ! C’est un peu un Bridget Jones bourré d’humour et de quiproquos ! Evidemment, on mise sur les expressions Canadiennes qui nous font mourir de rire, et on se sentirait presque (j’ai bien dit « presque ») coupable de se moquer si ouvertement du patois Québécois ! Reste que l’on s’attache véritablement aux personnages et à leur romance, c’est d’autant plus frustrant de vivre la fin du livre, qui sous couvert d’une nouvelle blague, flingue un peu le moral du lecteur… Mais globalement, on passe un super moment et on rit beaucoup ! L’homme idéal existe. Il est Québécois, nous donne assez envie de franchir l’Atlantique pour découvrir ces contrés sauvages ! ^^

    Lien direct : Editions Albin Michel


    votre commentaire
  • Moi, Benjamin V., 33 ans, l'âge du Christ, et toujours pas de miracle en vue... - Laurent Moreau

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 144 pages / 14,00 €

     

    Résumé :

    Benjamin va avoir 30 ans, pourtant, il est toujours un peu adolescent dans sa tête ! Il voit pourtant son frère de marier et avoir un enfant, et son meilleur ami s'enfoncer davantage chaque jour dans sa relation (semi) stable avec sa petite-amie. Après moult relations sans lendemain, Benjamin prend une grosse décision : il va partir en Laponie avec son meilleur ami. Mais c'est pour lui l'occasion d'une remise en question, et il va décider d'y fonder un petit commerce. C'est une rupture avec son ancienne vie, un choix qui perturbe forcément ses amis et sa famille. Pourtant, c'est avec courage que Benjamin plonge dans la vie d'adulte, même si l'adolescent en lui perdure...

     

    Avis par Jake :

    Ce roman est très court, mais c'est une véritable bouffée d'air frais ! Il a tout ce qu'il faut pour passer un bon moment, et en tout premier vient : un humour décapant ! La narration de Benjamin est très agréable, et on s'attache immédiatement à sa personnalité. Je me suis retrouvé en lui, rattaché à l'enfance par de nombreux points, c'est le côté rassurant du jeune âge... Et tout de même forcé de gérer les soucis de l'âge adulte. On rigole beaucoup, et en même temps on se sent proche de l'histoire car chaque personnage est un peu une caricature des gens qui nous entourent : la mère poule, le BFF super cool, le frère bien rangé (encore que chez moi ce soit l'inverse ! ^^). L'écriture est légère et le récit très fluide. Un très bon moment !

     

    Avis par Lolo :

    Excellent, plein d’humour et tellement réaliste !!! Drôle à souhait, que dis-je plutôt hilarant. En effet, je riais tellement aux éclats qu’à chaque fois, j’essuyais le regard courroucé de mon époux, qui essayait tant bien que mal de lire à mes côtés !! Ce Benjamin est impayable. Les répliques sont vraiment top et on ne s’ennuie pas une seconde. Sa famille et son entourage sont tellement réels qu’on a effectivement l’impression de les reconnaître dans la vraie vie. Le personnage que je n’ai pas du tout aimé est Lotta. Ce genre de fille est une calamité et pour ma part peu digne de confiance. Le roman se lit très vite et les courts chapitres donnent le rythme. Un roman plein de fraîcheur, de gaîté et de bonne humeur ! Que demander de plus ?

    Lien direct : Editions La Bourdonnaye


    votre commentaire
  • Vite, trop vite - Phoebe Gloeckner

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 334 pages / 22,00 €

     

    Résumé :

    Minnie est une adolescente de 15 ans qui vit dans un appartement avec sa petite sœur et sa mère, qui n’est guère une référence en matière d’éducation. Elle ne s’aime pas beaucoup, et n’apprécie pas plus l’école. Son seul véritable souhait, c’est devenir artiste… dessinatrice de préférence. Lorsque le petit ami de sa mère, aussi alcoolique que cette dernière, lui fait des avances, elle y répond en couchant avec lui. Et de plus en plus, elle va s’enfoncer dans cette spirale, en couchant à tout va, en buvant plus que de raison et en s’initiant même à certaines drogues. Pour tenter de s’en sortir, Minnie confie tout à son journal intime, seul témoin de ses déboires qui la conduisent de malheur en malheur…

     

    Avis par Jake :

    Vite, trop vite est le 5ème roman paru dans la collection qui m’est si chère : La belle colère. Une nouvelle fois, il met en évidence le trouble adolescent, mais il le fait d’une manière assez novatrice… C'est-à-dire que le lecteur « se prend tout dans la tronche », sans pudeur, sans filtre, et sans pitié. C’est l’histoire de la descente aux enfers d’une adolescente à qui la vie ne sourit absolument pas et à qui personne ne tend la main. L’écriture est donc crue, souvent éparpillée, comme l’est l’esprit de Minnie. Les personnages ne sont pas vraiment attendrissants, au contraire, à l’exception de Minnie que l’on prend beaucoup en pitié : aucune jeune personne de son âge ne devrait à subir tout cela… Le récit choque, et je pense que c’est là l’objectif. Les dessins de type "comic" sont un vrai plus pour s'immerger dans l'histoire et dans son ambiance. Le roman a été qualifié d’« ovni littéraire » et c’est vraiment le terme qui convient… A savoir qu’un film adapté du livre va sortir très pochainement, et je ne saurais dire si j’ai vraiment aimé l’histoire, pourtant je suis certain de vouloir découvrir l’adaptation. Car oui, ce roman interpelle !

    Lien direct : Editions La belle colère


    votre commentaire
  • Zoé à Bercy - Zoé Shepard

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 276 pages / 19,50 €

     

    Résumé :

    Zoé quitte la mairie pour gagner Bercy, et plus précisément le ministère des finances, o ù elle va découvrir une équipe très spéciale incluant notamment une féministe au caractère bien trempée et un nouvel élu particulièrement stupide ! Pour couronner le tout, elle est suivie de son assistante « Coconne » qui parvient toujours à rendre les tâches plus compliquées qu’elle ne le sont déjà. Côté famille, rien ne s’arrange, puisqu’en 6 ans, elle s’est mariée, a fait deux enfants et a divorcé. Résultat : elle doit supporter sa sœur qui la juge sur ses choix d’éducation, et subir une équipe terrible qui fait son possible – ou non, pour certains – afin que le déficit budgétaire de la France ne touche pas de nouveaux records !

     

    Avis par Jake :

    J’ai eu un petit peu peur au départ, parce que n’ayant aucune culture générale, et encore plus lorsque cela touche à la politique, je craignais de ne rien comprendre… Heureusement, on se fout du fond pour se concentrer sur la forme ! Zoé est une personne lambda, et évolue dans un monde de demeurés congénitaux. Tous ont leur particularité, personnellement, j’aime beaucoup son boss qui est un des seuls à être à peu près normal ! Le roman et l’écriture sont intimistes, parfois (souvent ?) vulgaire. Les personnages sont pour la grande majorité hilarants, et on retrouvera évidemment des personnalités que nous avons tous dans nos vies. Les choses sont dîtes comme elles sont pensées et les événements catastrophiques politiques sont dédramatisés au possible. Difficile de trier le vrai du faux, bien que j’espère sincèrement que les décisions ne soient pas prises de cette manière dans la réalité ! Ce roman est le troisième des aventures de Zoé (un peu mégalo quand même un personnage principal du nom de l’auteur, non ? ^^) et il donne franchement envie de se plonger dans les deux premiers, car on rit d’un bout à l’autre, et franchement, que demander de plus ?

    Lien direct : Editions Albin Michel


    votre commentaire
  • Le choix de Rudi - Françoise Dargent

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 341 pages / 15,90 €

     

    Résumé :

    Rudolf Noureev, alias Rudi, est un jeune garçon plutôt petit pour son âge, qui vit en URSS après la seconde guerre mondiale. Il est entouré de ses sœurs et de sa mère, dont l’amour est flagrant, et de son père, qui préfèrerait voir son fils chasser plutôt que danser. Car depuis qu’il a vu une représentation, la danse est la seule chose qui anime Rudi. Pris sous l’aile d’une enseignante de danse, il commence à s’entraîner tous les jours, pour devenir meilleur, pour espérer quitter sa ville puis son pays, pour vivre… Gravissant chaque échelon, contre toute attente, Rudi va réaliser son rêve, malgré les problèmes qui se dresseront sur sa route, comme l’opinion des gens, la hiérarchie ou même le KGB. Rudi, va devenir le plus grand danseur étoile du XXème siècle…

     

    Avis par Jake :

    Epoustouflant ! C’est le mot qui vient à l’esprit en finissant ce roman. C’est un coup de cœur, clair et net ! L’un des plus beaux romans qu’il m’ait été donné de lire. Tout d’abord, je dois dire que je ne connaissais absolument pas Rudolf Noureev (mes parents étaient fous ! ^^) et que j’appréhendais plutôt la lecture car la couverture fait plutôt enfantin… Il n’en est rien ! Le livre comblera les ados et les adultes sans mal ! J’avais vu Billy Elliot et j’avais trouvé le film touchant bien qu’ennuyeux. Ici, on ne s’ennuie pas une seconde ! Le thème est passionnant et on s’attache très rapidement au jeune Rudi qui n’a qu’un réel objectif : danser. Il est difficile de transmettre les émotions que confère la lecture de ce roman, pourtant, c’est tellement fort ! A la fois beau et triste. C’est vraiment une œuvre émouvante, encore plus lorsque l’on sait qu’elle a un fond de vérité ! Il y a beaucoup de notions politiques en sous-jacent, c’est très intéressant, surtout lorsque l’on est d’une génération qui a échappé aux tensions de la guerre froide… L’écriture est fluide, limpide, elle se marie parfaitement avec son sujet, que l’auteure connaît à la perfection. C’est un roman d’une intensité incroyable, on a l’impression d’avoir passé l’enfance de Rudi à ses côtés, jusqu’à cette fin si forte et émouvante. C’est superbe, c’est à lire, c’est un coup de cœur !

    Lien direct : Editions Hachette


    votre commentaire
  • Le crime du comte Neville - Amélie Nothomb

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 144 pages / 15,00 €

     

    Résumé :

    Sérieuse, dernière enfant du comte Neville est tellement mal dans sa peau d’adolescente qu’elle veut mourir. Elle part se cacher dans la forêt jouxtant le château et est secourue par une voyante qui passait par là. Cette dernière croyant à une fugue appelle le comte afin qu’il vienne récupérer sa fille. C’est alors qu’elle lui fait une terrible prédiction… Lors de la Garden Party annuelle, il va tuer un des invités…

     

    Avis par Lolo :

    Quand on est une inconditionnelle d’Amélie Nothomb, on attend toujours avec impatience la sortie de son roman annuel. Ce dernier est un excellent cru et j’ai bien retrouvé là, l’Amélie Nothomb des débuts avec ses histoires si farfelues et originales qui en font le charme. On retrouve toujours les thèmes qui lui sont chers, à savoir le champagne, la nourriture, la difficulté de vivre notamment à l’adolescence. Ce que j’adore par-dessus tout, ce sont les noms et prénoms (souvent tirés de la mythologie), qu’elle donne à ses personnages. On est dans l’histoire dès le début et on se demande vraiment qu’elle en sera l’issue. J’ai d’ailleurs été complètement bluffée par la fin que j’ai trouvé tout simplement géniale ! Merci encore pour ce moment de lecture à nul autre pareil !

    Lien direct : Editions Albin Michel


    votre commentaire
  • La nuit de feu - Eric-Emmanuel Schmitt

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 183 pages / 16,00 €

     

    Résumé :

    Agé de vingt huit ans, l’auteur participe à une expédition d’une dizaine de jours dans le Sahara. Loin de tous ses repères, il découvre une vie proche et à l’écoute de la nature, aussi hostile que belle dans cette partie désertique du monde. Alors que quelques-uns de ses compagnons et lui-même décident de gravir le mont Tahat, (plus haut sommet du Hoggar), le jeune Eric-Emmanuel va faire une expérience qui va le transformer à tout jamais. Que s’est-il passé au cours de cette mystérieuse nuit ? Seul, perdu, sans rien pour subsister et surtout sans eau, va-t-il survivre ?

     

    Avis par Lolo :

    Ce roman autobiographique de l’auteur est un pur bijou. Comme d’habitude, l’écriture est sublime. C’est à la fois un magnifique roman d’aventures avec une incroyable expédition dans le désert Saharien où les paysages sont décrits de telle manière, qu’il est facile de se les imaginer. Nous faisons partie du voyage, et c’est somptueux. Nous découvrons aussi les Touaregs, ce peuple qui vit en harmonie totale avec cette nature grandiose. Mais, c’est aussi et surtout un voyage intérieur complètement inattendu que nous fait partager l’auteur. Une expérience mystique pour quelqu’un d’athée à l’époque, racontée de manière touchante et humble. Ce qui est extraordinaire, c’est que ne cherchant nullement à nous convaincre, l’auteur va bel et bien nous amener à réfléchir. N’avons-nous pas à un moment ou un autre de notre vie vécu quelque chose de rationnellement inexplicable ? Une « aventure » spirituelle ? L’auteur n’hésite pas à se révéler de manière vraiment intime, et nous prouve une fois encore à quel point son humanité est forte. Tout simplement prodigieux !

    Lien direct : Editions Albin Michel


    votre commentaire
  • Grey - Erika James

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 556 pages / 17,00 €

     

    Résumé :

    Christian Grey, riche et renommé Businessman est un modèle de réussite. Il doit en grande partie son succès à sa manière de gérer ses affaires et sa vie en général : tout est ordonné et toujours sous contrôle absolu, aucune place pour la fantaisie et l’imprévu. Jusqu’au jour où une jeune femme tombe tête la première à l’entrée de son bureau. C’est Anastasia Steele, jeune étudiante, naïve et innocente qui va lui faire voir au-delà des propres barrières et limites qu’il s’était fixées. S’ensuit alors une réelle passion où ils vivront ensemble de nombreuses « premières fois »… mais Anastasia ne sera-t-elle pas effrayée par la façon dont Christian envisage leur relation ?

     

    Avis par Audrey :

    Comment vous dire ? Ce livre est en réalité la copie conforme de Cinquante nuances de Grey, à la seule différence que la parole est ici donnée à Christian et non à Anastasia. Adieu donc le côté fleur bleue et naïf qui nous exaspérait certes parfois, et bonjour les pensées brutes et souvent obscènes du séduisant Monsieur Grey. Je dois dire que même si j’ai adoré me replonger dans cette idylle, je suis un peu déçue de découvrir TOUTES les facettes de Monsieur Grey qui est beaucoup moins gentleman que ce que j’imaginais. Avec la saga des Cinquante nuances, on avait beau nous écrire que Christian était un satané control freak, avec de gros problèmes liés à l’enfance, on se l’imaginait cependant avoir toutes les autres qualités essentielles : prévenant, sensible, riche, beau… Mais ici, plus de place pour l’imagination (nous avons même droit à des « j’aime regarder ton cul bébé ») alors autant vous dire que le côté gentleman est passé aux oubliettes. Mais bon, ce n’est pas grave, on l’aime quand même notre Christian Grey. Enfin, tout ça pour dire que oui, j’ai aimé l’histoire (forcément, c’est la même que Cinquante nuances !) par contre, j’ai beaucoup moins apprécié le concept (même histoire mais narrateur différent) qui apparaît à mon sens comme un pur produit marketing… mais après tout, pourquoi pas ? Certains seront peut-être ravis…

    Lien direct : Editions JC Lattès


    votre commentaire
  • Là où tombent les anges - Charlotte Bousquet

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 392 pages / 17,00 €

     

    Résumé :

    Solange a gagné Paris avec ses amies Clémence, qui rêve de grand amour, et Lili dont les lendemains sont imprévisibles. Elle a rejoint la capitale pour échapper à son père, qui lui battait, mais ne tarde pas à faire une grosse erreur en se mariant sans aimer son conjoint, un homme qui devient bientôt très directif, possessif et jaloux. Alors que la première guerre mondiale commence et que les hommes sont envoyés au front, les destins se mettent en branle… Solange reste avec la tante de son époux qu’elle apprend à connaître derrière ses barrières protectrices. Clémence voit l’amour de sa vie partir se battre et vit le déchirement et la peur de ne jamais le retrouver. Lili laisse parfois de longs mois sans donner de nouvelles, suivant ses envies à travers l’Atlantique… Les sorts sont souvent très durs, et personne n’est épargné en ces temps cruels…

     

    Avis par Jake :

    J’avais énormément hésité avant de commencer ce roman, tout simplement car les ouvrages sur fonds historiques ne me plaisent habituellement pas. Mais c’est le coup de cœur monstrueux pour Brainless, le précédent livre publié par cette nouvelle collection de l’éditeur qui m’a convaincu à tenter le coup ! Et effectivement, j’ai mis une petite centaine de pages à rentrer véritablement dans l’œuvre, ne trouvant pas de lien entre les personnages et mon propre vécu. Mais bientôt, gagné par l’écriture fluide et très visuelle du roman, j’ai appris à les apprécier, et à me demander quels allaient être les destins de chacun des personnages. Ils sont tous très forts, parfois terribles, souvent assez pathétiques, à la manière de Solange, qui ne devient maître de son future que vers la fin de l’histoire. Mais ils sonnent très justes, et on aime la façon dont l’auteure tissent les liens entre chacun d’eux. La pression qui suit toute cette situation de guerre est brillamment retranscrite : la peur de ces femmes laissées hors du front est presque palpable ! J’ai beaucoup apprécié la valeur féministe de l’ouvrage, et les risques pris par l’auteur de développer des sujets habituellement tabous (homosexualité, femmes battues, drogues…), tout cela dans une période vieille d’un siècle maintenant… En bref, Là où tombent les anges est très différent de ce que je lis habituellement, mais cela a été une bien belle surprise…

    Lien direct : Editions Electrogène


    votre commentaire
  • Misery - Stephen King

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 391 pages / 7,60 €

     

    Résumé :

    Paul Sheldon est un écrivain célèbre pour sa série de livres sur Misery Chastain, une héroïne romantique qu'il ne peut plus supporter, et qu'il a d'ailleurs tuée dans son dernier opus... Paul se réveille après un accident de voiture dans une maison qu'il ne connait pas. Ses jambes sont brisées et des médicaments très forts le clouent au lit et crée progressivement une dépendance... Il a été secouru par Annie Wilkes, une ancienne infirmière qui vit seule et cache un très sombre passé, et pousse régulièrement des colères effrayantes ! Bientôt, la bonne femme va le forcer à écrire une suite aux aventures de Misery Chastain, qu'elle idolâtre. Le pauvre homme, complètement coincé et dépendant sera obligé d'obtempérer, sous peine de mourir... ou pire, car Annie Wilkes a une conception bien personnelle de la justice.

     

    Avis par Jake :

    Avant même de le lire, je savais que Misery était une des oeuvres majeures de Stephen King. Il reprend beaucoup de l'ambiance oppressante de Jessie, et utilise la même idée où le personnage principal est coincé. Au final, il s'agit pratiquement d'un huit clos, puisque Paul ne peut absolument pas quitter la maison. Au fur et à mesure que les pages défilent, on découvre un personnage (Annie) complètement dérangé, qui suit sa propre logique et qui parvient à s'en sortir aux yeux de la justice... Les personnages sont très forts, on a envie de voir Annie brûler et de voir Paul s'en sortir, mais il devient très vite évident que s'il y parvient, ce ne sera pas entier... L'écriture est géniale et on se délecte du raisonnement de Paul qui se fait dans le même temps que le nôtre. Le roman a beau faire près de 400 pages, on ne s'ennuie pas une seconde !


    votre commentaire
  • Emily Lockhart - Nous les menteurs

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 273 pages / 14,50 €

     

    Résumé :

    Cadence est l’aînée des petits-enfants Sinclair, une famille plus qu’aisée qui se retrouve tous les ans durant l’été, sur leur île privée. Elle fait partie des « menteurs », les trois petits enfants, ainsi que Gat, pièce rapportée de cette grande famille, avec qui Cadence vit une relation récente. Mais lors de l’été 15, un terrible accident changera la donne. Cadence passera près de deux ans sans voir les menteurs. Souffrant de terribles migraines et ne parvenant pas à se souvenir le drame qui a eu lieu sur l’île, c’est avec beaucoup d’appréhension mais également de soulagement qu’elle revient enfin « chez elle » pour l’été 17. Les choses ont changé, et il y a des moments de flottement… Pourtant, elle retrouve ses menteurs, et parviendra progressivement à se rappeler la tragédie qui les a tous frappés…

     

    Avis par Jake :

    Tout d’abord, ce qui est notable dans ce roman, c’est le style d’écriture qui est si singulier. On sent les troubles de Cadence, notamment psychologique, qui transparaissent à travers sa narration si spéciale (mais très agréable à suivre). Ensuite, le genre : on n’est pas spécifiquement dans un roman jeunesse, car de nombreux adultes s’éclateront avec ce livre ! En plus, on a parfois l’impression qu’il s’agit d’un roman, mais les cent dernières pages le classeraient plus dans le thriller ! J’en avais littéralement des frissons ! Les personnages sont très chouettes, tous particuliers, pleins de défauts. Et je ne parle pas des deux premières générations de Sinclair qui sont rongés par l’envie et la vanité, mais bien des Menteurs, qui ont tellement de qualités et de défauts, et dont l’union est si belle. On a beau apprécié les pages, on reçoit véritable une baffe à cinquante pages de la fin ! C’est un choc incroyable que l’on ne voit pas venir ! Tout bascule, et c’est franchement bien mené ! Nous les menteurs est un roman qui se lit vite, et qui parvient pourtant à vous immerger avec brio dans cet univers où toutes les faiblesses sont cachées, et les non-dits complètement tus ! Génial.

    Lien direct : Editions Gallimard jeunesse


    votre commentaire
  • Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre - Ruta Sepetys

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 432 pages / 14,20 €

     

    Résumé :

    Lina est une jeune Lituanienne comme tant d'autres. Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais une nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient. Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescente. Dans le camp, Andrius, 17 ans, affiche la même combativité qu'elle. Après plusieurs voyages en Lituanie où elle a interviewé des historiens, des psychologues et des rescapés du Goulag, Ruta Sepetys a écrit ce roman inoubliable, édité dans 42 pays. Le récit de Lina vous coupera le souffle. Vous n'aurez qu'une envie : faire partager cette histoire aussi terrible qu'exemplaire, qui irradie d'amour et d'espérance. Déjà un classique dans de nombreux pays. Prix des Incorruptibles 2014 des 3ème/2nde. «Ce qu'il n'ont pas pu nous prendre» a été élu meilleur roman jeunesse 2011 par le magazine "LIRE", a reçu le prix Livrentête 2013 (Romans ados) et le prix Farniente 2013.

     

    Avis par Aurore :

    Tout d'abord l'illustration de la couverture m'a beaucoup attirée. Elle est très légère et en l'analysant bien, elle nous fait comprendre plus ou moins la leçon à tirer de ce récit.
    Elle nous montre une étendue de glace avec une petite pousse qui sort de la glace, et les quatre coins du livre sont entourés de fil barbelé. J'ai franchement adoré car rien qu'en regardant l'illustration, on s'attend à lire quelque chose qui nous fera réfléchir mais qui offre un message d'espoir, car cette petite pousse montre que la vie continue. Le titre également est positif. Et c'est une fois qu'on a lu le livre que cette illustration prend tout son sens. L'histoire se déroulant en Sibérie la glace est une bonne représentation. Comme le genre l'indique, c'est un roman-mémoire c'est à dire que le personnage principal, Lina effectue un récit à la première personne, de sa vie. Elle raconte toutes ses "aventures" (si on peut dire ça comme ça) du jour où elle se fait arrêter jusqu'à sa libération. C'est comme un journal de bord avec au début une carte et le calendrier de voyage. On s'y prend à regarder au fur et à mesure de l'avancée de son périple. Elle est déportée (elle et sa famille) dans un camp en Syberie où les chances de survie sont très minces. Elle décrit ce qu'elle voit autour d'elle et fait un hommage à la perte de son entourage en les redessiner sur un morceau de tissu. Elle a un don pour le dessin et comme tout écrit et toute propagande sont proscrits, elle fait des dessins anonymes qu'elle jette de son wagon espérant que quelqu'un les ramasse puis le passe à un autre et ainsi de suite et transmette ce qu'il se passe lors des déportations, elle espère également qu'un jour son père les aura entre les mains car il reconnaîtra son style de dessin. C'est sa façon à elle de lui donner des nouvelles. Son style d'écriture est agréable, elle écrit un peu comme le font les adolescents : avec ses coups de gueule, son humour et selon ses humeurs. Ce récit est magnifique et elle nous montre son envie de se battre pour la vie. Cela reste une fiction mais on s'y croit vraiment, on a l'impression de vivre ce qu'elle vit et ça nous laisse une petite idée de ce qui s'est passé pendant cette grande guerre. Ah oui, et je précise pour les âmes sensible que ça va, il n'est trop dur à lire, il a été recommandé récemment par le ministre de l'éducation national en classe de 3ème. Pour conclure, à  la fin du livre nous avons la réponse au titre, ce qu'ils n’ont pas pu lui prendre, mais je vous laisse le découvrir ;)


    votre commentaire
  • L'odeur de l'herbe après la pluie - Patrick Jacquemin

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 168 pages / 5,99 €

     

    Résumé :

    Annabelle est une brillante femme d’affaires à qui tout réussi. Sauf que ça n’est pas sans mal et à l’aube de ses quarante ans c’est le burn out qui la guette. Elle vit à Paris, mais un jour de « ras-le-bol », prend sa voiture et décide d’aller faire un tour du côté de Langres sa ville natale, pour se ressourcer. Cependant, en chemin elle tombe en panne, sur une petite route de campagne. George, un sympathique et pour le moins atypique paysan, va la dépanner et lui proposer de passer la  nuit dans son humble demeure. Ce bol d’air au propre comme au figuré va transformer Annabelle qui ne verra plus jamais les choses comme avant…

     

    Avis par Lolo :

    J’ai été séduite par la première de couverture, qui reflète à merveille la philosophie de ce magnifique roman. Les chapitres sont courts et l’écriture fluide. L’auteur nous emmène tout doucement vers une prise de conscience de ce qui vaut vraiment la peine dans la vie. Le travail ? Mais jusqu’à quel point ? L’argent ? La réussite ? Tout cela conduit-il vraiment vers le bonheur ? L’héroïne Annabelle, va s’apercevoir de toutes les choses simples et belles (et gratuites !!!) qu’elle a oubliées au fil du temps et de sa vie trépidante à Paris. Comment le simple fait de communier avec la nature, les arbres, les fleurs, les animaux, nous recentre finalement sur l’essentiel. Nul besoin de dire que George est un sage. C’est quelqu’un de vrai, plein de bon sens et de douceur. Il a tout compris à la vie. Il vit à la campagne en aimant et respectant la nature, qui le lui rend bien. Sa maison est remplie de livres et son chien est son plus fidèle compagnon. C’est ce que j’appelle le bonheur !!! Il suffit parfois de se poser et de regarder autour de nous pour réaliser qu’il est souvent à portée de main. Ce roman est une belle leçon de vie. A méditer avant d’atteindre le surmenage total.

    Lien direct


    2 commentaires
  • Les crèvecoeur Germain - Antonia Medeiros

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 212 pages / 17,00 €

     

    Résumé :

    Germain Crèvecoeur est désormais adulte, et continue de raconter son histoire à son fils Raphaël à travers une longue lettre. Nous sommes en pleine guerre mondiale et l’usine dans laquelle Germain travaille va être réquisitionnée par les allemands. Etant donné son immense talent concernant les chaussures, les allemands vont l’exploiter, mais Germain aura l’impression de vendre son âme au diable. Chose étrange, il reviendra même à Bayeux, sa ville de naissance, là où tout a commencé et où se trouve une bonne partie des réponses, aux nombreux mystères qui jalonnent sa vie…

     

    Avis par Lolo :

    Ce troisième volet de la saga des Crèvecoeur est magnifique. Pourtant, la période n’est pas simple, car la moitié du roman se situe pendant la Seconde Guerre Mondiale. Du coup, nous sommes tout de suite dans l’Histoire (c’est la cas de le dire !!). La façon qu’a Germain de raconter sa vie pendant l’occupation est touchante. Il est franc, honnête et n’hésite pas à se traiter lui-même de lâche, car il n’est pas fier de ce qu’il a dû faire pour sauver sa peau. Pourtant, Germain est un personnage terriblement attachant, à la fois proche et incroyablement humain. Son parcours est exceptionnel et on vit littéralement les choses avec lui. Cette lettre qu’il rédige à son fils est une confession, même si l’on ne sait toujours pas pourquoi il est parti quand ce dernier était bébé. Cela semble paradoxal car lui-même a terriblement manqué de l’amour d’un père, ce qui l’a rendu très solitaire. Encore une fois les descriptions des chaussures sont fabuleuses et on se prend volontiers à rêver de porter la plupart de ces merveilles. Germain a tout compris de la psychologie des femmes et de la relation qu’elles peuvent avoir avec les chaussures, justement. Et pourtant, il est seul… Jusqu’à la dernière page où une certaine Garance fait son apparition… Mais nous n’en saurons pas plus, et il va falloir attendre le dernier volet de cette famille pleine de secret, de souffrance, de solitude, mais aussi de charme, de passion et de pardon pour comprendre enfin les agissements des uns et des autres.  

    Lien direct : Editions La Bourdonnaye


    votre commentaire
  • Je peux très bien me passer de toi - Marie Vareille

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 315 pages / 19,90 €

     

    Résumé :

    Chloé a 28 ans et enchaîne les relations amoureuses catastrophiques (d’ailleurs, il s’agit au bout du compte plus de plans culs que de véritables relations). La seule personne avec laquelle elle engage une relation qui dure, c’est son ex-petit ami, et patron, qui est d’ailleurs sur le point de se marier et l’utilise comme plan B régulier… Constance, elle, s’est trop bercée d’illusions par la lecture répétée de tous les romans de Jane Austen, et elle attend toujours son Mr. Darcy qui saura la prendre sur son fidèle destrier britannique… Les deux amies passent un deal : alors que l’une doit s’exiler à la campagne pour écrire son livre et renoncer aux hommes pendant un temps, l’autre doit apprendre à brancher et sortir avec des hommes qui ne seront pas forcément des gentlemen…

     

    Avis par Jake :

    Décidément, je suis dans ma phase « comédie romantique » et grand bien m’en fasse, car je tombe sur des ouvrages très réussis ! Celui-ci ne fait pas défaut : si le personnage de Chloé ne m’a pas spécialement plu (elle est la caricature parfaite de la fille qui a du mal à tourner la page), j’ai adoré Constance qui est maladroite, romantique et tellement tellement drôle ! Dommage d’ailleurs que le roman ne soit pas centré sur elle. C’est tout à fait le genre de fille avec lequel j’aurais pu finir ! ^^ L’écriture est très bonne, fluide et légère, on s’embarque dans les catastrophes amoureuses des deux comparses et on est aimerait que le voyage ne finisse pas ! L’alternance de focus sur les deux personnages féminins est chouette et permet de passer de moments dramatiques à des passages plus légers. Le tout est tellement bien conçu que l’on a l’impression de voir un film ! Ca se lit très vite et on passe un vrai bon moment, c’est très agréable de réaliser que l’on a encore de très bons auteurs français !!!

    Lien direct : Editions Charleston


    votre commentaire
  • Les crevettes ont le coeur dans la tête - Marion Michau

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 297 pages / 18,00 €

     

    Résumé :

    Marion Michau aimerait bien une relation qui fonctionne vraiment, mais « les mecs biens c’est pas comme les métros, il n’en passent pas toutes les quatre minutes ». Entourée de ses meilleures amies casées (ou non casées mais qui apprécie les coups d’un soir répétés !), Marion est bien décidée à se dégoter un garçon qui saurait la comprendre, la faire rire, et la faire grimper au rideau ! Il y a bien Solal qui revient régulièrement dans sa vie et qui lui plait beaucoup… Ou peut-être est-ce Adrien la perle rare ? Quoi qu’il en soit, Marion n’est pas sortie de l’auberge…

     

    Avis par Jake :

    Cela va être rapide, comme c’est souvent le cas lors des coups de cœur… Les crevettes ont le cœur dans la tête est une comédie romantique simplement hilarante, qui vous garantit de vous poêler de la première à la dernière page, grâce à une écriture piquante, pleine d’humour et de références culturelles, et des personnages en or, plus vrais que nature que l’on aime presque autant voir se planter que triompher en amour ! Le livre est constitué de petits chapitres, mais l’on ne peut s’empêcher de les dévorer les uns après les autres jusqu’à la fin (ou que mort s’ensuive si vous n’êtes pas chanceux). Il n’y a rien à changer d’un bout à l’autre du roman : ce livre est parfait, et vous garantira un moment superbe. Faîtes confiance à Marion pour vous mettre du baume au cœur : il y a plus désespérant croyez-moi, il y a Marion ! ^^

    Lien direct : Editions Albin Michel


    votre commentaire
  • Une lettre en été - Debbie Macomber

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 318 pages / 19,90 €

     

    Résumé :

    A la villa Rose, une charmante maison d’hôtes tenue par Jo Marie, l’altruiste veuve, les visiteurs se succèdent, chacun avec son histoire, ses drames et ses bénédictions. Il y a tout d’abord Ellie Reynolds, 23 ans, qui vient à Cedar Cove pour faire la rencontre de Tom, l’homme avec qui elle communique sur internet et dont elle est tombée amoureuse. Il y a aussi un couple : Maggie et Roy qui ont choisi de passer un weekend loin des enfants afin de résoudre certains problèmes de couple. Puis entre tout ça, Jo Marie aussi est perturbée : elle voit ses sentiments pour le mystérieux et taciturne Mark, sensiblement évoluer… Des histoires vibrantes qui s’entremêlent, avec pour fond un éternel message de tolérance, d’amour et de partage.

     

    Avis par Audrey :

    J’ai beaucoup aimé retrouver cette ravissante demeure et ses incroyables visiteurs, toujours chargés d’un passé lourd et qui viennent révéler leurs secrets et trouver des solutions à leurs problèmes à Cedar Cove. Un roman donc un tantinet irréaliste mais : qui ne rêve pas d’un peu de douceur et d’optimisme dans ce monde de brute ? La « naïveté » du récit avec ses happy endings à répétition me fait un peu sourire mais m’émeut cependant. J’apprécie justement la légèreté de ces histoires, de ces récits de « morceaux de vie » où on apprend à connaître les personnages, à s’attacher à eux. Finalement, on est plutôt content qu’il ne leur arrive que du bien… Pour conclure, je trouve ça plutôt sympa de lire un livre dont le message principal est : « pas de souci, tout problème a une solution. La vie est belle ». Envie de douceur et de légèreté… Oubliez Perles de lait de Yoplait et achetez Une lettre en été ! ^^

    Lien direct : Editions Charleston


    votre commentaire
  • couvecatello-1-sur-1

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 361 pages / 21,00 €

     

    Résumé :

    Nord de l’Italie, fin des années 30. Alors que le fascisme monte en puissance en Italie, Volturno Belonore règne sur le petit village de San Carello. Marzio, Son fils, voit sa carrière internationale de violoncelliste concertiste s’effondrer lorsque sa main est brisée par une porte sur un bateau navigant entre les Etats Unis et l’Europe. Valentina voit sa vie aux Etats-Unis basculer le jour de l’accident de voiture emportant dans la mort son mari et son fils. Charles pourchassé par la pègre Marseillaise des années 30, doit fuir sa ville avec sa sœur… Vittoria quant à elle perd son fiancé sur un circuit automobile africain. Tous sont liés par un évènement survenu 30 ans auparavant et leur destin va se croiser à nouveau 25 ans après, sous l’orchestration de Tancredi Crevalcore, le père de Michele…

     

    Avis par K. :

     « L’histoire pouvait s’arrêter là »… A travers ces quelques mots Philippe Carrese donne le ton de la suite de Virtuoso ostinato… L’Histoire est bien souvent la conséquence d’une multitude d’évènements, de rencontres, et de hasards qui guident le destin… L’auteur nous démontre encore une fois son talent et son aptitude à passer allègrement du style « polar marseillais », à une fresque à la fois, historique, populaire et dramatique. L’écriture est fluide et agréable à la lecture. C’est le thème qui captive davantage que les personnages. Mais malgré un nombre important de protagonistes, les événements s’enchaînent naturellement d’un bout à l’autre du roman. Mais « l’histoire peut-elle s’arrêter là ? » comme on le lit dans les dernières pages, preuve que Philippe Carrese va nous offrir un prochain roman que j’aurai plaisir à découvrir ! 

    Lien direct : Editions de l'aube


    votre commentaire
  • La lettre de Queenie - Rachel Joyce

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand Format : 339 pages / 19,90 €

     

    Résumé :

    Queenie Hennessy est mourante. Elle vit dans une unité de soins palliatifs avec une équipe de religieuses dévouées et d’autres malades renfermés sur eux-mêmes, dans l’attente de l’inévitable. Pourtant, lorsqu’elle envoie une lettre à Harold Fry, elle ne se doute pas que le voyage à pied de ce dernier à travers l’Angleterre pour la retrouver, changera l’état d’esprit de tous les gens qui vivent dans le centre… Mais la pression gagne bientôt Queeny : pourra-t-elle survivre jusqu’à ce que Harold la rejoigne, et surtout, sera-t-elle finalement capable de lui avouer la vérité qui la ronge depuis plus de vingt ans ? Aidée d’une des religieuses du centre, elle va commencer une seconde lettre. Une bien plus longue qui retrace leur relation depuis leur toute première rencontre. Une vérité qui en dira long sur ses sentiments pour Harold Fry, et qui révèlera également le grand secret de Queeny et de David Fry, le fils de Harold…

     

    Avis par Jake :

    La lettre qui allait changer le destin de Harold Fry arriva le mardi… m’avait incroyablement touché, comme d’ailleurs ce fut le cas pour des milliers de lecteurs de part le monde. Le second roman de l’auteur : Deux secondes de trop, n’avait en revanche pas su attiser la même émotion, cultivant trop le drame au détriment de l’histoire. Avec La lettre de Queeny, Rachel Joyce puise dans l’univers de Harold Fry pour nous offrir une nouvelle fois une trame incroyable au pouvoir émotionnel fantastique. Evidemment, l’auteure a incontestablement une préférence pour la tragédie : l’histoire de Queeny est encore plus dramatique que celle de Harold. Pourtant, le personnage est magnifique. Queeny est une femme courageuse par certains aspects, profondément bonne et pure. Mais parfois, on ne peut s’empêcher de penser que sa vie a été une telle épreuve, une telle perte ! Le ton du livre est clairement triste : il ne faut pas s’attendre à rire aux éclats, même si certains passages parviennent à faire sourire. Mais qu’est-ce qu’il peut être émouvant ! Il est de ces romans dont on ne se remet pas complètement : la combinaison d’une écriture claire et de personnages profonds fait de La lettre de Queeny une œuvre superbe, tragique et véritablement émouvante. C’est aussi ça la lecture : une force qui vous prend et vous emmène où elle le voudra bien. Sortez les mouchoirs, vous n’avez pas fini de pleurer…

    Lien direct : Editions XO


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique