• Mort aux cons - Carl Aderhold

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Format poche : 409 pages / 7,10 €

     

    Résumé :

    Confronté au départ par un chat qui l’énerve le héros ne trouve rien de mieux que de le « balancer par la fenêtre ». Puis des chiens vont suivre et finalement toute personne qui va se mettre en travers de sa route et qu’il va considérer comme faisant partie des cons.

     

    Avis par Lolo :

    J’ai été séduite par le titre en premier lieu et je dois reconnaître que j’ai trouvé l’histoire originale, drôle et agissant comme un vrai « défouloir » au début. En effet, qui n’a jamais songé à se débarrasser du chat ou du chien pénible de ses voisins ? Qui n’a jamais rêvé de voir mourir sur l’instant tous « les cons » qui pour diverses raisons nous pourrissent la vie au travail, en voiture, dans les administrations ? Mais bon à ce rythme là, on se rend vite compte qu’il serait vain de s’atteler à une telle tâche et combien la liste est longue…Ca ne fait pourtant pas peur à notre héros et c’est dommage car ça traîne malheureusement en longueur et d’amusant il en devient très vite agaçant voire même… « con ». J’ai  été effrayée quand il s’est mis à parler du « con citoyen » qui je cite : « trie ses ordures avec méticulosité, allant jusqu’à laver ses pots de yaourt avant de les jeter »… Mais bon si je fais ça c’est juste pour ne pas « salir mon sac de recyclage » et ainsi le faire durer, écologie oblige ! Heureusement que nos routes ne se sont pas croisées !!! L’arrivée dans le roman de l’inspecteur de police qui va quasiment devenir son meilleur ami apporte un léger sursaut à l’histoire, mais dommage vraiment que le roman s’essouffle à cause de certaines longueurs et à une fin trop facile.


    votre commentaire
  • Double jeu - Judy Blundell

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 387 pages / 16,50 €

     

    Résumé :

    1950. Kitty n’est pas encore majeure, pourtant elle a quitté sa petite ville pour gagner New York et tenter de se faire une place à Broadway. Mais très rapidement, les choses ne tournent pas comme elle se l’imaginait : le père de son ex fiancé, Nate Benedict vient la voir et la force pratiquement à habiter dans un de ses appartements… Il lui trouve également un nouveau travail comme danseuse. Il prétend qu’il ne cherche qu’à se rapprocher de son fils, qui devrait être envoyé sous peu en Corée. Mais Kitty sait que le célèbre avocat trempe dans des affaires louches, et ne tarde pas à regretter d’avoir accepté l’aide de Nate… Loin de sa famille, elle ne pourra compter que sur elle-même et ses voisins, de braves professeurs accusés d’être des « Rouges » dans ce climat difficile où la guerre au communisme fait rage…

     

    Avis :

    La couverture de ce roman m’a longtemps attiré, sans que pour autant je me décide à le lire… La superbe illustration me parlait, mais le sujet me semblait éloigné de mes préférences… Quelle bonne décision que de l’avoir finalement ouvert ! Le livre est extrêmement prenant et l’on se retrouve dans un New York des années 1950 criant de vérité ! Le personne principal est très intelligent, malgré certaines faiblesses (après tout, elle n’a que 17 ans), et Kitty devient très rapidement attachant. Sa passion pour ses rêves, pour la danse, fait chaud au cœur… La trame est très très bien menée, grâce à de brillants flash-backs qui nous ramènent au début de la liaison entre Kitty et Billy, et allant même jusqu’à la génération du dessus (je n’en révèlerai pas plus !). Ce roman dégage une atmosphère cosy, alors même que dans certains passages, les personnages sont plongés dans une Crise qui a ébranlé les Etats-Unis, mais lorsque Kitty s’installe dans « son » appartement, on ne peut s’empêcher d’emménager avec elle. Loin d’être exclusivement destiné à un public adolescent, ce livre très bien mené cultive le suspense et en fait une lecture idéale quelque soit l’âge. Le monde de Broadway, sans oblitérer l’histoire en elle-même, l’agrémente superbement ! Bref, vous l’aurez compris… Ceci est un coup de cœur !

    Lien direct : Wiz Albin Michel


    2 commentaires
  • Aliénor 2-2 L'alliance brisée - Mireille Calmel

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 484 pages / 20,90 €

    Format poche : 573 pages / 7,60 €

     

    Résumé :

    1172. Henri Plantagenêt, roi d’Angleterre, n’est plus du tout l’homme qu’il fut jadis. Mari fourbe et trompeur, roi sans scrupule, père égoïste et menteur et ami infidèle, il s’attirera les foudres de ses proches comme des ses gens. Au temps de céder le trône à ses enfants devenus adultes, il refusera de perdre son précieux statut, n’hésitant pas ainsi à provoquer une guerre de générations entre lui et ses propres fils. Aliénor (la reine) et Loana de Grimwald, se joindront à ses derniers afin de destituer Henri. Mais la bataille ne sera pas sans danger : beaucoup sont ceux qui y perdront ou devront faire de grands sacrifices…

     

    Avis par Audrey :

    Un Calmel à la hauteur de mes attentes ! J’adore les livres de cette auteure et celui-ci ne fait pas exception. C’est à la fois un roman d’aventures, d’amour, d’amitiés, d’Histoire, de passions, de guerres et d’épées, de magie (pouvoirs de Prêtresse…) et de contes (légendes Arthuriennes, références à Merlin l’enchanteur ou encore Robin des bois). Une œuvre complète dans les sujets qu’elle traite et les émotions qu’elle nous fait éprouver. J’aime tout particulièrement me plonger dans cette époque moyen-âgeuse, avec tout ce qu’elle propose de rois et reines aux destins bouleversés, de coutumes ancestrales, de troubadours et leurs cansoumes, de passions contrariées par le Devoir… Un roman très bien mené avec ce qu’il faut de rebondissements pour nous tenir en haleine tout du long. Je ne me lasse pas de lire les aventures d’Aliénor rédigées par la plume de M. Calmel que je suis pourtant depuis plus de dix ans maintenant (et dont la suite vient d’ailleurs de sortir chez XO Editions !).

    Lien direct : Editions Pocket


    votre commentaire
  • Les roses de Somerset - Leila Meacham

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 512 pages / 22,50 €

     

    Résumé :

    En 1916, lorsque Mary Toliver hérite des terres de Somerset, à la mort de son père, ce n’est pas seulement son destin qui va basculer mais aussi celui de tous les gens qui l’entourent, familles et amis. Sa mère tombe alors dans une profonde dépression ; son frère s’éloigne d’elle. Seul Percy, son amour et Ollie, son fidèle ami resteront à ses côtés pour la soutenir. Mais pour Mary, rien n’est plus important que ses précieux champs de coton. Son amour pour Percy sera-t-il suffisamment fort pour passer en priorité ? Ou renoncera-t-elle à lui ? Ses décisions marqueront donc sa propre existence mais également toutes celles des générations à venir.

     

    Avis par Audrey :

    Un livre remarquable que je classe sans hésiter dans le top 20 de mes livres préférés ! Une fresque historique et une histoire que l’on suit sur plusieurs générations d’hommes et de femmes aux destins incroyables. Tous les ingrédients se mêlent pour produire un résultat détonnant : contexte historique sur fond de guerre mondiale, récit de la gestion d’une culture de coton dans les années 30 ; personnages riches et complexe ; destins brisés ; amours contrariés ; belles amitiés… Comme souvent dans les livres publiés par la maison d’édition Charleston, le personnage féminin est fort, déterminée mais peut aussi se montrer fragile lorsqu’il s’agit d’amour. Bref, une véritable héroïne comme on les aime. Etant une grande fan de romans historiques, j’ai adoré le contexte dans lequel l’histoire principale se déroule. Il est prétexte à de jolis moments : départ des hommes à la guerre, puis retour des héros… Mais ce que j’ai vraiment apprécié, c’est la construction du roman qui nous permet d’avancer dans le récit en le voyant tour à tour à travers les yeux des différents personnages (différents narrateurs). Ce qui a pour effet de nous permettre de connaître chacun d’eux un peu plus intimement. Effet renforcé par le fait que l’on suive ces personnages sur plusieurs décennies. En conclusion, vous l’aurez compris, je ne peux que dire une chose : GRANDIOSE !

    Lien direct : Editions Charleston


    votre commentaire
  • Ready to rock ! - Meg Cabot

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 410 pages / 14,50 €

     

    Résumé :

    Heather et Cooper sont officieusement fiancés ! Les sentiments sont enfin avoués et le petit couple vit des moments de délice cloîtré dans leur appartement ! Mais leur tranquillité va voler en éclat lorsque Tania et Jordan (le frère de Cooper et ex-fiancé d’Heather) font leur apparition sur le campus d’Heather… Lors de leur émission de téléréalité « Jordan aime Tania », le bodyguard de cette dernière est blessé par une soit disant « balle perdue »… mais Cooper et Heather n’y croient pas. Leur intuition se révèle juste lorsqu’un membre de l’émission meurt empoisonné à cause de chocolats envoyés à l’attention de Tania. « Le camp du rock », élément phare de « Jordan aime Tania » déménage directement sur le campus d’Heather, où Cooper devient le protecteur de Tania…

     

    Avis :

    De nouvelles aventures d’Heather Wells ! Cependant, ce tome est tout de même assez différent des précédents. Adios l’ambiance universitaire et les étudiants débauchés, on se retrouve au milieu des histoires de Jordan et Tania… Et contrairement à ce que le titre m’avait laissé penser, ce n’est pas le renouveau de la carrière de chanteuse d’Heather. En lieu de cela, nous avons un fond de téléréalité dans lequel des ados s’affrontent pour obtenir les faveurs de Tania… Si du coup, la relation de Cooper et d’Heather est à l’honneur (ce que l’on attend depuis le tome 1), ce qui avait fait la magie des premiers opus s’efface un peu, malheureusement. Le rythme est plus lent, et c’est surtout le sombre passé de Tania qui se retrouve sur le devant de la scène (c’est le cas de le dire !). L’écriture de Meg cabot est heureusement toujours aussi bonne, mais ce n’est plus les petits commentaires sarcastiques d’Heather dans son bureau… Il faut dire que cela ne doit pas être simple de trouver toujours de nouvelles histoires sur le même personnage… En définitive, il s’agit d’un livre dont le niveau est au-dessous de la saga Irrésistible, mais qui se lit tout de même très bien, surtout pour les afficionados Heather-Cooper !

    Lien direct : Wiz Albin Michel


    votre commentaire
  • Juste avant le bonheur - Agnès Ledig

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 352 pages / 19,50 €

     

    Résumé :

    A vingt ans, les jeunes filles ont pour seules préoccupations : sortir, s’amuser et rencontrer des garçons. Pour Julie, ce n’est plus tout à fait le cas. Sa préoccupation à elle, son trésor, c’est son fils Lulu. Devenue maman célibataire très jeune, délaissée par ses parents, elle est obligée de travailler comme caissière pour essayer de faire vivre sa petite famille. C’est donc avec une tête pleine de soucis que cette jeune femme doit composer jusqu’au jour où elle croise le chemin de Paul, un quinquagénaire empli de bonnes attentions qui va, à tout jamais, changer l’existence de Julie et Lulu. Une semaine après leur rencontre, ils partent tous les trois avec Jérôme, le fils de Paul, pour des vacances en Bretagne. Ce séjour sera l’occasion, pour chacun d’eux, de colmater leurs fissures, de s’apporter mutuellement un peu de bonheur. A la fin du séjour, chacun repart un peu plus complet et heureux. Malheureusement, sur la route du retour survient un terrible accident qui va de nouveau blesser leurs cœurs…

     

    Avis par Audrey :

    Voilà une histoire qui ne laisse pas indifférent. Elle nous fait tour à tour rire et pleurer. Le récit du voyage en Bretagne m’a particulièrement touchée : ce sont des êtres singuliers qui au contact des uns des autres vont apprendre à se reconstruire et vont finir par s’aimer. La tragédie qui touche les personnages à la fin du séjour m’a tout de même pas mal ébranlée. D’ailleurs, encore aujourd’hui, trois jours après avoir refermée le livre, j’y pense avec émotion. Du coup, je dois avouer que j’ai préféré la première partie du roman, plus optimiste, même si la fin renoue avec cet esprit. Par ailleurs, je dois préciser que le livre est très bien écrit, dans un style fluide. Ce n’est sûrement pas par hasard qu’il a obtenu le prix de la maison de la presse 2013. Je conseille vivement ce roman qui ne raconte pas forcément une heureuse et jolie histoire, mais une histoire, celle de la vie avec ce qu’elle peut avoir de beau et de tragique.

    Lien direct : Editions Albin Michel


    votre commentaire
  • Le cahier de Mya - Isabel Allende

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 462 pages / 21,90 €

     

    Résumé :

    Maya Vidal, choyée et élevée en Californie, par ses grands-parents, qu’elle adore voit son monde s’écroulé à la mort de son Popo. Elle va alors menée une vie d’excès en tous genres qui fera qu’à 19 ans à peine elle sera déjà toxicomane et alcoolique. Mais le plus grave, c’est qu’elle va non seulement avoir de dangereux individus comme des dealers à ses trousses mais également le FBI. Sa grand-mère, sa Nini va la retrouver et essayer de la remettre dans le droit chemin. Pour cela et après une cure de désintoxication, elle l’envoie en secret chez un ami qui réside sur une petite île (loin de la civilisation moderne) Chiloé au sud du Chili. Maya va-t-elle reprendre goût à la vie ? Va-t-elle rencontrer les bonnes personnes et faire enfin les bons choix ? Cet exil lui permettra t-il de résister aux tentations et de comprendre sa descente aux enfers ?

     

    Avis :

    Isabel Allende traite ici d’un sujet grave à savoir l’alcool et les drogues chez les adolescents. Le livre comporte 4 grandes parties qui correspondent aux 4 saisons que Maya passe à Chiloé. Il va alors y avoir alternance de sa vie sur l’île et de sa vie aux Etats-Unis. Petit à petit on va découvrir ce qu’elle a vécu. Maya est quelqu’un de très attachant de même que ses grands parents. Des gens formidables en fait qui vont lui donner une éducation exemplaire et beaucoup d’amour. Ils vivent tous en harmonie jusqu’au jour ou son Popo meurt. La douleur de Maya est terrible, et sa Nini pourtant si forte va elle aussi perdre un peu tout contrôle sur la réalité. L’auteur nous prouve donc que malgré une enfance heureuse, s’il survient un événement dramatique au moment de l’adolescence tout peut basculer. C’est ainsi que se sentant abandonnée et perdue, Maya va fuguer et de fil en aiguille tomber dans la drogue et l’alcoolisme. La façon qu’à Maya de raconter sa propre histoire au cours de son exil nous captive du début à la fin. On la comprend. De plus, il y a un vrai contraste entre les gens qu’elle a fréquentés quand elle s’est enfuie à Las Vegas et ceux qui vivent à Chiloé et qui ne savent rien à son sujet. Les descriptions de cette île magnifique nous font rêver, les gens sont gentils et prennent le temps de vivre. Elle va y apprendre la solidarité et une certaine sagesse. A travers les personnages de Maya, Nini, et Manuel Arias l’ami de cette dernière, l’auteur en profite pour retracer une sombre période de l’histoire du Chili. (Rappelons qu’Isabel Allende est la nièce de Salvator Allende président du Chili, assassiné par le Général Pinochet lors du coup d’Etat du 11 septembre 1973). Quoi qu’il en soit ce livre nous offre un magnifique voyage « intérieur » avec Maya qui va devoir retrouver la paix de l’esprit et « extérieur » avec cette île hors du temps où les gens sont en harmonie avec la nature.

    Lien direct : Editions Grasset


    votre commentaire
  • Le garçon qui n'existait pas - Patrice Leconte

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 166 pages / 15,00 €

     

    Résumé :

    Gérald n’existe pas. Ou du moins, pas aux yeux des autres. Il a le don, ou la malédiction, selon le point de vue, de passer complètement inaperçu et ce, depuis sa naissance. Oublié, même par sa propre famille il mène une vie sans ambition, si ce n’est celle de conquérir le cœur de la somptueuse Victoire, un prénom qui sonne comme une promesse. Mais comment attirer l’attention sur soi lorsque l’on est « l’homme invisible » ? C’est alors que Gérald va pendre l’incroyable décision de traverser la Manche à la nage afin d’impressionner sa belle.

     

    Avis :

    Plus que le récit du passé de Gérald, à la fois drôle et émouvant, c’est la description de sa traversée qui m’a particulièrement plu. A chaque instant, je me suis demandée comment allait se finir ce voyage : loin d’être un long fleuve tranquille, le parcours de Gérald dans l Manche va l’exposer à de nombreux dangers qui vont tenir le lecteur en haleine (attaque de mouettes, perte de palmes, ingurgitation d’algues hallucinogène, et bien pire encore…). J’ai trouvé le personnage et l’histoire complètement loufoques, un peu dans la lignée des œuvres d’Amélie Nothomb. Autant vous dire que j’ai adoré le verbe franc et incisif employé par l’auteur. Un livre hors du commun par son thème, par le rythme et le ton utilisé que j’ai dévoré en moins de 24h ! Je salue le talent de Patrice Leconte plus connu pour son statut de réalisateur mais qui gagne largement à être reconnu en tant qu’auteur.

    Lien direct : Albin Michel


    votre commentaire
  • La dame de Saïgon - Karine Lebert

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 272 pages / 20,00 €

     

    Résumé :

    Lorsque Marianne débarque avec sa famille en Indochine, colonie française en 1906, elle n’est encore qu’une petite fille. Elle se demande alors ce que lui réserve son avenir dans cet environnement aux abords hostiles où sa famille est venue tenter de faire fortune. Peu à peu, Marianne va découvrir les joies et les beautés de cette Indochine qui deviendra son pays jusqu’à tomber éperdument amoureuse d’un autochtone : le jeune Anh Dung, à la fois beau et intelligent. Contre toutes les conventions, ils décideront de se marier. Ils devront alors faire face à l’Histoire afin de protéger la leur…

     

    Avis par Audrey :

    Les drames n’ont pas épargné cette pauvre famille Frémont. On va de rebondissement en rebondissement. On peut dire que la vie n’a pas été tendre avec les colons français entre 1906 et 1954. J’ai aimé suivre l’évolution de Marianne que l’on voit grandir jusqu’à devenir une femme mûre. Cependant, je dois dire que je n’ai pas lu ce livre avec l’intérêt que je porte habituellement à ce genre d’histoires, mais j’ai tout de même éprouvé une certaine curiosité à l’égard du contexte historique décrit : la vie dans les colonies françaises sur fond de guerres mondiales. J’ai éprouvé de l’empathie pour la famille Frémont qui va avoir des difficultés à s’intégrer et qui va devoir renoncer à ses idéaux et ses rêves de grandeur. Mais j’ai éprouvé bien plus de sympathie envers le peuple Vietnamien qui se voit dominé et souvent maltraité par les colons français. En bref, un livre qui fait la part belle à l’Histoire à défaut de l’histoire (celle des personnages) qui m’a un peu moins passionnée, bien qu’étant divertissante.

    Lien direct


    votre commentaire
  • Une (irrésistible) envie de dire oui - Meg Cabot

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 317 pages / 13,70 €

    Format poche : 320 pages / 5,90 €

     

    Résumé :

    Heather est heureuse : elle a un petit ami ! Qui plus est, c’est son prof particulier de maths… Bon, bien sûr, il est végétarien et la pousse à faire du jogging alors que ce n’est pas vraiment dans ses convictions… Mais tout de même ! Et puis, la vie avec son père s’est parfaitement organisée… Et même si son nouveau boss est psychorigide, le travail va bien… Enfin, jusqu’au moment où Heather découvre ce nouveau boss avec une balle dans la tête. Et c’est juste en même temps qu’elle apprend que son ex fiancé va être papa. Ah, et il semblerait que le petit ami prof de maths veut lui mettre la bague au doigt ! Alerte rouge pour Heather Wells, vite : des gaufres avec du chocolat !

     

    Avis :

    C’est un véritable plaisir de retrouver Heather dans une aventure qui nous ramène dans le dortoir – heu, résidence universitaire, pardon ! – de la fac de New York ! Le ton est toujours positif, plein d’humour. Meg Cabot n’a rien perdu de son piquant, de son sarcasme et surtout… de sa gourmandise ! Difficile de comprendre comment Heather n’est pas devenue obèse à l’heure actuelle… On adore la présence de Tom, l’ancien chef homosexuel et bourré d’ironie de l’héroïne. On regrette que ce tome soit un peu plus court que les précédents (on voudrait que les histoires d’Heather ne finissent pas !), ce qui est certainement du à une trame un peu simplifiée. Heureusement, non seulement la fin heureuse était attendue depuis un moment (mais chut ! Je n’en révèle pas plus !), mais en plus, les aventures d’Heather Wells se poursuivent dans « Ready to rock ! » qui sort ce mois-ci ! Au final, j’ai adoré la trilogie « Irrésistible », qui est rassemblée dans un intégrale (pour ceux qui ne connaissent pas encore). Pour son écriture légère et pleine d’humour, je suis devenu un inconditionnel de Meg Cabot : au diable les soucis, oui aux calories !

    Lien direct : Wiz Albin Michel


    votre commentaire
  • Belle et Sébastien - Nicolas Vanier

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 364 pages / 19,90 €

     

    Résumé :

    Sébastien est un jeune garçon de 8 ans qui vit dans les Alpes en 1943. Il habite avec sa « grande sœur » et son papé, qu’il adule. Mais les temps sont difficiles… En attendant le retour d’une mère qu’il n’a jamais connu, Sébastien apprend la vie avec son papé, dans la montagne, plutôt qu’à l’école. Les allemands occupent le village, et les juifs qui fuient l’occupation sont aidés par la résistance, qui leur permet de gagner la Suisse. Alors qu’une bête dévore les moutons, Sébastien va faire la rencontre d’un patou. Un chien martyrisé par son précédent propriétaire. Progressivement, il va lui redonner confiance, et une relation magnifique va s’établir entre les deux. Une amitié incroyable naît : Belle devient la plus grande compagne de Sébastien, elle le protège tandis qu’il lui enseigne tout ce qu’il sait et chaparde de la nourriture pour qu’elle mange… Mais bientôt, une battue va être organisée pour traquer la bête…

     

    Avis :

    Ce roman de Nicolas Vanier, adapté fin 2013 au cinéma, reprend un grand classique de la génération de nos parents : « Belle et Sébastien ». L’auteur a une écriture très fluide et imagée, ce qui nous permet de suivre l’histoire comme on suivrait un film. La lecture est agréable et légère. La trame est superbe, mais il faut dire que j’ai un faible pour les relations d’amitié humain / animal… Cette relation que partage Belle et Sébastien est très belle. Ils deviennent presque tout l’un pour l’autre, allant jusqu’à braver les plus grands dangers pour se protéger réciproquement. En fond, on a un contexte pas si simple : le papé a son propre combat personnel et intérieur qui le voit se battre contre son penchant pour l’alcool. Quant à la grande sœur, elle est en conflit avec ses sentiments pour un Allemand qui lui fait des faveurs. Le côté des résistants Allemands est également bien développé, et certainement assez réaliste : des gens qui tentent de faire ce qu’ils peuvent pour aider, alors qu’ils sont coincés dans un rôle difficile. Les paysages décrits par Nicolas Vanier sont criants de vérité : on se retrouve dans les Alpes, au milieu des marmottes, des cabris et des moutons… L’immersion est totale, dans cet endroit et dans cette époque ! Un très beau roman sur la force de caractère, sur l’amitié et sur la camaraderie…

    Lien direct (extrait disponible) : XO Editions


    1 commentaire
  • Une (irrésistible) envie d'aimer - Meg Cabot

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 416 pages / 14,20 €

    Format poche : 448 pages / 6,90 €

     

    Résumé :

    Heather Wells, ex pop star célèbre, nouvelle directrice adjointe d’une résidence étudiante du campus de New York est connue pour avoir résolu deux prétendus accidents qui s’étaient révélé être des meurtres… Mais lorsque la tête d’une pom pom girl de l’université est retrouvée dans une marmite du réfectoire des étudiants, il n’y a pas beaucoup de doute quant à la nature meurtrière du décès ! Pourtant, la police ne semble pas prendre les choses aux sérieux une nouvelle fois… Poussée par son professionnalisme, et par un goût prononcé pour la résolution des crimes (et pour le chocolat !), Heather prendra une nouvelle fois les commandes de l’enquête. Elle pourra compter sur l’amour de sa vie (qui ne le sait pas encore), et accessoirement colocataire : Cooper. Mais les choses se corsent lorsque l’ex lolita apprend que son père est sorti de prison, et qu’il cherche à expier ses fautes…

     

    Avis :

    Encore mieux que le précédent, Meg Cabot assure un roman prenant et léger, avec un personnage que l’on adore suivre ! Plus piquant et sarcastique que le premier tome, cet opus d’Irrésistible se lit avec le même délice ! Bien sûr, il y a l’inconvénient que chaque page du livre donne faim… En effet, l’appétit sans fin d’Heather, qui utilise la nourriture pour combler à peu près tous les manques dans sa vie, n’est pas sans donner une grosse fringale au lecteur ! Mais c’est là le seul défaut du roman. Heather est drôle, relativement sûre d’elle malgré quelques incertitudes (qui la rendent humaine). Dans ce tome, elle prend d’ailleurs sa vie plus en main, autant sur le plan professionnel que personnel. Et comme je l’espérais à la fin du premier, l’auteur développe d’avantage les personnages secondaires, et c’est une réussite ! C’est un roman qui vous éloignera complètement de votre vie quotidienne pour vous plonger dans un univers léger… Car même si Meg Cabot parvient à inclure dans ses livres une note policière qui intéresse le lecteur, ce n’est pas l’attrait principal de la trame. Non : on suit Heather Wells, et on l’adore. Car ce livre, (comme son personnage) est IRRESISTIBLE !

    Lien direct : Wiz Albin Michel


    votre commentaire
  • Road tripes - Sébastien Gendron

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 282 pages / 17,00 €

     

    Résumé :

    Notre héros n’en est pas un… Il aurait pu être dentiste, et même un pianiste de renom. Au lieu de ça, il se retrouve divorcé et forcé de distribuer des tracts publicitaires dans les boîtes aux lettres, après être retourné vivre chez ses parents. Pourquoi ? Simplement parce qu’il n’a jamais su prendre de réelle décision. Il est ce que l’on appelle un « suiveur ». Alors, lorsqu’il se retrouve au boulot confronté à une petite frappe voleur/cambrioleur qui se prend d’affection pour lui, il se retrouve propulsé dans une course poursuite à travers la France. En multipliant les voitures volées et en se mettant à dos une secte et plusieurs policiers, la route de nos deux compères devient vite semée d’embûches…

     

    Avis :

    « Road tripes » est un roman français (cocoricoooo !) parfaitement déjanté ! En surface, il s’agit d’une histoire sur deux paumés dépassés par les événements qui enchaînent les erreurs. Mais le livre est bien plus profond que cela. Sous couvert de la blague, il traite de problèmes de société beaucoup plus graves et aborde des sujets aussi difficiles que l’homosexualité, la crise financière, la pression des mondes familiaux et du travail. Le tout fait parfois osciller le genre entre l’humour et le pathétique. La lecture est facile et rapide car l’écriture est très fluide, et parsemé d’un dialogue bien senti (et souvent vulgaire lorsqu’il émane de notre voleur de voitures préféré ! Ce qui ne peut nous empêcher de sourire). Tout le long du roman, on s’interroge sur la fin : comment peuvent-ils réparer leurs torts ? (car avec leurs nombreux larcins, aucunes chances qu’ils ne s’en tirent indemnes !). Et bien j’ai été extrêmement surpris par cette fin, assez difficile je dois dire… Et pourtant, elle force à réfléchir, et c’est ce qui fait que le livre reste imprégné dans les esprits pendant plusieurs jours après la lecture… En conclusion, « Road tripes » est un livre inclassable qui vaut le détour, tant que vous le prenez au second degré !

    Lien direct : Editions Albin Michel


    votre commentaire
  • Coup de foudre à Austenland - Shannon Hale

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 252 pages / 17,00 €

     

    Résumé :

    Jane Hayes est une jeune femme en apparence tout ce qu’il y a de plus normal, si ce n’est la véritable obsession qu’elle voue à un héros créé par la célèbre Jane Austen : M. Darcy (et plus précisément son interprète Colin Firth), personnage d’« Orgueil et préjugés ». Cela pose un grand problème dans sa vie, parce qu’aucun homme ne peut souffrir la comparaison, et donc personne n’est assez bien à ses yeux. Fort heureusement, sa très chère tante va lui léguer un petit séjour au pays d’Austenland, où elle sera plongée en plein XIXème siècle avec costume d’époque, et où elle rencontrera des gentlemen… Saura-t-elle faire la part des choses entre fiction et réalité ? Et ce petit séjour lui permettra-t-il d’enfin tirer un trait sur cette illusion d’homme parfait, alias M. Darcy ?

     

    Avis par Audrey :

    Au début, c’était mal parti… Encore un roman à l’eau de rose qui va être chichi panpan… Je ne me sentais plus concernée par la trentenaire cherchant l’amour… Mais étant une grande fan, inconditionnelle de Jane Austen, ce roman a attiré mon attention, et j’ai trouvé le sujet plutôt original. Et finalement… J’ai bien fait de lire cette histoire, car c’est un immense coup de cœur ! Ce livre m’a marquée, tout comme « Orgueil et préjugés » m’avait touché l’été de mes seize ans ! J’ai tout aimé : l’originalité du sujet (plein de femmes se reconnaîtront dans l’héroïne : on est toutes amoureuses de M. Darcy !), la construction du récit qui est parfaite avec l’intermittence de la trame à Austenland et la présentation des petits-amis numérotés du personnage principal. Le roman est plein d’humour, j’ai souri tout le long ! C’est vif, piquant, on adore les personnages, c’est intriguant : on se demande ce qui va arriver. Va-t-elle rencontrer « son » M. Darcy ? Car la tâche paraît compliquée… C’est super, émouvant, addictif. J’ai adoré la dualité entre l’époque (ses costumes, ses traditions etc…) et l’aspect moderne de l’histoire. Difficile de présenter différemment les choses : je le conseille à toutes les fans de Jane Austen et si un tel endroit existait, je serais la première à y aller ! (Peut-être un concept à développer ?) C’est un livre que je relierais volontiers ! Le roman donne un espoir à toutes les femmes, qui pourront trouver leur M. Darcy, même s’il ne revêt pas forcément l’apparence de Colin Firth ! En bref : un énorme coup de cœur !

    Lien direct : Editions Charleston


    votre commentaire
  • Une (irrésistible) envie de sucré - Meg Cabot

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 426 pages / 14,20 €

    Format poche : 448 pages / 6,90 €

     

    Résumé :

    Heather Wells est une ancienne chanteuse pop star qui faisait fureur chez les ados. Mais beaucoup de choses ont changé… Pour commencer, elle a dix ans de plus, ainsi que quelques tailles… Et sa mère et son manager se sont carapatés avec tout son argent, juste avant que sa maison de disque et que son fiancé ne la lâchent à leur tour ! Pourtant, Heather est toujours positive et trouve le réconfort dans la nourriture, dans le temps passé avec son chien, et en emménageant avec le si charmant détective privé à la fortune incroyable, et frère de l’ex-fiancé de le belle : Cooper ! Décidée à remonter la pente, Heather s’est réinscrite à la fac et en profite pour toucher un peu d’argent en devenant vice responsable d’une résidence universitaire… Tout se passe plutôt bien, jusqu’au jour où plusieurs filles sont retrouvées mortes dans le dortoir, dans des conditions plutôt étranges… Heather ne tardera pas à s’inventer détective privé pour enquêter sur l’affaire !

     

    Avis :

    Ce roman, premier tome d’une trilogie à succès ne compte plus ses fans ! En effet, loin de la banale comédie romantique réservée aux filles, Cabot nous offre un roman léger extrêmement bien écrit ! J’ai pourtant l’habitude de détester les histoires contées à la première personne par une narratrice qui parle au présent… Et bien une fois n’est pas coutume : je me suis à peine aperçu que c’était le cas ici ! Malgré un humour un peu « jeune fille cherche Don Juan désespérément », la narration ne tombe jamais dans le gniangnian et convient donc aux ados comme aux adultes. Les personnages sont bien trouvés, on regrette que les meilleures amies soient aussi peu présentes car elles ont l’air bien marrantes (peut-être dans les prochains tomes ?). La romance progresse tout doucement et laisse surtout la place à la construction du personnage principal : c’est avant tout l’histoire d’une fille qui cherche à trouver sa voie… C’est une des raisons pour laquelle ce livre m’a plu ! Le fond universitaire en est une autre : en effet, cela m’a replongé avec une nostalgie agréable dans mes années fac… En somme, un bon roman (pas que pour les filles !) qui doit majoritairement son succès à l’écriture géniale de son auteure ! Vive Meg Cabot, et à très vite pour la suite ! (car j’ai profité de la sortie de l’intégrale d’Irrésistible ^^)

    Lien direct : Wiz Albin Michel


    votre commentaire
  • Aliénor 1-2 Le règne des lions - Mireille Calmel

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 396 pages / 19,90 €

    Format poche : 445 pages / 7,20 €

     

    Résumé :

    XIIème siècle, Aliénor récemment couronnée reine d’Angleterre aux côtés du puissant et charismatique Henri Plantagenêt, va devoir allier ses talents en politique et séduction pour s’assurer l’hégémonie de son peuple et la stabilité de la couronne. Pour cela, elle aura à ses côtés la fidèle Loanna de Grimwald (descendante de Merlin, et dotée de puissants dons) qui tout en restant dans l’ombre, l’aidera à déjouer les complots qui se trament dans son dos. Entre grossesses pour assurer la descendance du roi, et rôle de conseillère dans les batailles, Aliénor incarne l’héroïne en puissance au caractère bien trempé qui n’aura de cesse de défendre son Aquitaine natale et le royaume d’Angleterre.

     

    Avis par Audrey :

    Mireille Calmel ne cessera jamais de m’éblouir par son écriture divine ! C’est mon auteur française préférée (et peut-être même internationale ?) et ce n’est pas pour rien : ses héroïnes sont toujours des femmes puissantes par leur caractère et leur cœur plus que par leur rang social. Elles s’incarnent parfaitement dans cette époque où la gente féminine est sensée être relayée au second plan. L’écriture est toujours fluide et décrit parfaitement le XIIème siècle (avec des termes propres à l’époque) mais en utilisant un vocabulaire courant (l’équilibre est parfait), quant au travail de documentation : il est exemplaire (on adore par exemple la description des costumes !) et nous permet une immersion totale dans l’h/Histoire ! La touche de magie mêlée au mythe de Merlin crée un climat particulier qui amène une superbe touche folklorique. Les trames amoureuses sont toujours très belles car elles sont complexes, souvent torturées mais aussi avec de beaux happy ends. Calmel donne à croire que les destins de certains sont faits pour se croiser… c’est une idée qui me plait beaucoup. Par ailleurs, ce roman s’inscrit dans la grande saga d’Aliénor, héroïne que l’on voit évoluer depuis ses quinze ans. On a donc à cœur de suivre les destins de tous ces personnages auxquels on s’est attachés au fil des pages et des tomes… A la fin du livre je n’ai donc qu’une envie : ouvrir le second tome ! Un régal !

    Lien direct : Editions Pocket


    votre commentaire
  • Tradeuse - Erin Duffy

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Format poche : 376 pages / 18,00 €

     

    Résumé :

    Alex Garrett est fille de banquier, et elle rêve depuis toujours d’être tradeuse pour intégrer le milieu si huppé de Wall Street. Ses rêves se réalisent lorsqu’elle parvient à entrer en tant qu’interne pour un poste d’analyste… Ou c’est ce qu’elle croit… Loin d’intégrer l’équipe immédiatement, elle subit les rancunes des uns, et l’amour vache des autres. Pour couronner le tout, elle se voit contrainte de traîner avec elle une chaise pliable sur laquelle est inscrit son charmant sobriquet : « La fille ». Dur dur, de se motiver pour gravir les échelons dans ce monde principalement masculin. Mais lorsqu’elle commence à faire ses preuves, Alex se rendra compte qu’elle a intégré une véritable famille, où même elle peut trouver sa place. Reste qu’avec la bourse comme avec l’amour, il y a des hauts et des bas… C’est ce qu’elle va découvrir, dans les deux domaines, d’ailleurs… 

     

    Avis par Jake :

    Méga coup de cœur ! (Comment ça j’exagère ? Non, j’exagère pas, la preuve :) Ce livre est hilarant ! Alex Garrett est un personnage en or comme on en fait peu. Elle est, de la même manière que ce roman : intelligente, subtile, maligne, drôle. Tout au long du récit que nous suivons à travers sa vision des événements, elle ponctuera le texte de ses pensées pour la plupart sarcastiques ou ironiques. Elève exemplaire élevée à la dure par ses pairs dans ce milieu hard core de la finance, elle prendra son mal en patience et ne fera que s’améliorer. L’équilibre dans ce roman est parfait : lorsqu’elle est sur le point de baisser les bras (et que le lecteur est usé de la voir vivre des revers), un de ses collègues bourrus montre sa véritable personnalité attachante. Au dessous de cette ambiance difficile de travail, se trouve un esprit d’équipe fantastique. Ils sont incroyablement soudés, ce qui donne à l’histoire une atmosphère de franche camaraderie. La romance n’est pas en reste (même si ce n’est pas là le véritable enjeu du récit), et elle est très bien contée. D’ailleurs, je ne changerais pas une virgule de ce roman. Il est de ces rares livres qui vous touchent et vous font tellement rire que vous pourriez les relire indéfiniment ! « Tradeuse » est le premier roman d’Erin Duffy, mais il en fait immédiatement pour moi une auteure incontournable que je compte suivre de près ! Je ne peux que vous conseiller à tous de lire ce roman, qui restera sans conteste l’un de mes préférés à ce jour !

     

    Avis par Lolo :

    Premier livre de l’auteur et j’espère que ça ne sera pas le dernier ! C’est frais, vivant, réaliste et elle aborde des sujets délicats de manière humoristique. En effet, on pourrait penser que le monde de la finance et notamment celui des traders qui plus est à Wall Street serait un sujet pesant et rébarbatif. Que nenni ! Car à travers les yeux d’Alex « l’héroïne du roman », c’est abordé de façon simple et vraie mais sans trop entrer dans les détails lourds du fonctionnement de la Bourse, car c’est expliqué avec ses mots et son ressenti. Du coup, on comprend mieux comment ça fonctionne, et on se prend au jeu d’aimer cela. Alex nous montre également le côté «humainement  invivable » il faut le dire de cette profession qui doit être une passion si on veut tenir la distance, et surtout qu’il faut être prête à tout. On réalise aussi hélas ! Que le bizutage n’est pas réserver au monde étudiant mais aussi à celui du travail. Bien sûr les thèmes de parité, de la condition et la considération des femmes dans une profession quasi masculine sont abordés ici mais avec humour et surtout d’un point de vue féminin et ça c’est extra ! Alex est géniale et on adore d’emblée son personnage. De même, ses répliques d’un côté et ce qu’elle pense de l’autre rendent le livre très drôle. On constate que dans le monde cruel du travail règne malgré tout une réelle solidarité, heureusement. Un roman que j’ai dévoré car vraiment très agréable et optimiste en dépit des apparences.

    Lien direct : MA Editions


    1 commentaire
  • Les quatre grâces - Patricia Gaffney

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 396 pages / 22,50 €

     

    Résumé :

    Cela fait déjà plus de dix ans qu’Emma, Rudy, Lee et Isabel ont formé leur groupe d’amies auto-surnommé : les quatre Grâces. Ensemble, elles affrontent tous les déboires de la vie et partage des moments tendres et drôles. Elles sont un peu les âmes sœurs les unes des autres et se vouent une amitié et un amour indéfectibles. Cependant, un jour, l’un d’elle est frappée par une terrible maladie qui va heurter l’équilibre de leur groupe. A ce moment là, chacune d’entre elle vivra dans sa vie personnelle une épreuve qui rendra ces instants d’autant plus difficiles. Alors comment les Grâces pourront-elles surmonter cette crise sans précédent ?

     

    Avis par Audrey :

    C’est un roman infiniment profond et émouvant. Si vous êtes de ma génération (dans votre vingtaine ^^) vous ferez le parallèle avec l’œuvre d’Ann Brashares « Quatre filles et un jean » où il est également question d’une amitié très forte entre quatre filles. On a un peu l’impression de retrouver ces personnages avec quelques années de plus. Donc, c’est un roman qui m’a beaucoup parlé… Les histoires d’amitié concernent (heureusement) beaucoup de gens. J’ai été vraiment touchée par chacune d’entre elles. Elles sont toutes exceptionnelles à leur façon : la fragilité de Rudy, la sagesse d’Isabel, la force de caractère de Lee et la spontanéité d’Emma. Elles ont toutes leur faiblesse, mais leur force à toutes est leur amitié : elles peuvent compter les unes sur les autres à chaque instant et pendant les pires moments. L’écriture est très bonne : fluide, ne laissant aucune difficulté pour s’immerger dans l’histoire. Toutes les femmes pourront se reconnaître dans ces personnages. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un livre qui m’avait tiré des larmes, ce qui prouve à quel point il m’a profondément touché. C’est un sujet qui joue réellement sur la corde sensible : l’idée de perdre un être qui nous est cher est certainement universelle. Le roman tient en haleine sur toute la longueur et les péripéties sont nombreuses et diverses : on ne s’ennuie pas une seule seconde. La construction qui vise à alterner le narrateur est quelque chose que j’ai aimé : cela nous permet de rentrer dans l’intimité de chaque personnage… C’est un livre poignant, touchant et qui ne laissera personne indifférent. Je pense qu’il marquera chaque esprit pour un certain temps…

    Lien direct : Editions Charleston


    votre commentaire
  • Je vais mieux - David Foenkinos

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Grand format : 336 pages / 19,50 €

     

    Résumé :

    Un matin, le héros se réveille avec un mal de dos persistant et inexpliqué et à partir de ce moment là, tout va basculer dans sa vie. Il va y avoir comme une réaction en chaîne, les événements vont se succéder de manière horrible. Sa belle petite vie bien réglée et organisée va subitement voler en éclats.

     

    Avis par Lolo :

    Encore une fois, David Foenkinos nous régale avec ce roman. C'est à la fois drôle et terrible. Comment un simple mal de dos va être à l'origine de situations plus dramatiques les unes que les autres. C'est l'histoire de la « goutte d'eau qui fait déborder le vase. » Ce mal de dos va nuire à sa vie dans tous les aspects : sa santé, sa vie professionnelle et son couple. Ce qui est magnifique, c'est que nous pouvons nous reconnaître facilement dans ce livre. C'est très proche du lecteur. Quand il parle de ce qu'il subit au travail, la relation qu'il a avec ses parents...C'est tellement, « nous » qu'on s'y croirait ! On a tous vécu au moins une de ces situations. On fait corps avec le héros, car il nous ressemble. Le roman suit une logique imparable. « J'ai mal au dos », que faire pour guérir ? D'abord voir son généraliste, puis un spécialiste, ensuite on se retrouve à l'hôpital, puis chez le psy...Bref, on craint le pire et on ne sait que faire. Du coup, en tant que lecteur on attend la fin avec impatience, en espérant une « recette miracle ». L'écriture est fluide, agrémentée de chapitres avec anecdotes en prime. C'est rythmé à souhait, c'est authentique. C'est un roman porteur d'espoir, qui nous apprend à relativiser. Quoi qu'il arrive dans la vie, le jour succède toujours à la nuit.


    votre commentaire
  • Guide à l'usage des jeunes femmes à bicyclette sur la route de la soie - Suzanne Joinson

    Caractéristiques :

    Genre : Roman

    Format poche : 370 pages / 21,00 €

     

    Résumé :

    1920, Evangeline est une jeune femme qui part vivre une grande aventure en Asie. Elle est accompagnée de sa sœur et d’une amie. Toutes les trois, missionnaires en charges de convertir le peuple musulman, elles vont être confrontées à de nombreux obstacles. Evangeline est amenée à recueillir un bébé dont la mère est morte en couche. Le récit traitera de son attachement avec la petite fille, en dépit du contexte socio-politique difficile. Elle l’élèvera comme sa propre fille… En parallèle, de nos jours, à Londres, Frieda est une jeune femme éprise de libertés. On en apprend plus sur son enfance particulière avec une mère absente. Frieda fera de manière fortuite la rencontre d’un exilé Tayeb, qui l’aidera dans sa quête de l’identité de la femme qui lui a tout légué.

     

    Avis par Audrey :

    A la fin du livre, le lecteur comprend le but de l’histoire, mais tout au long de la lecture, on cherche un but à cette trame qui sonne un peu creuse. Difficile alors de trouver un intérêt… C’est ce qui manque cruellement à ce livre assez historique. Les deux histoires parallèles forment un procédé de j’adore (retrouvé dans le châle de cachemire), mais le manque d’émotion fait que l’effet est manqué ! J’ai eu plus d’émotion lors de la double page de remerciement que durant toute la lecture. Les personnages ne m’ont pas vraiment touchée, Frieda m’a même laissée complètement indifférente. Seule la relation entre Evangeline et sa petite fille est assez touchante… Le style se veut très poétique, mais du coup la magie n’opère pas vraiment bien que la formule soit jolie. C’est un livre qui n’est pas mauvais en soi (j’ai plus apprécié la partie en Asie), mais je n’ai pas autant « décollé » que je l’aurais souhaité… Dans le même genre, « Le châle de cachemire » de Rosie Thomas m’a apporté beaucoup plus…

    Lien direct : Presses de la cité


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique