• Honey - Tome 02 - Amu Meguro

    Résumé :

    Nao s'entend de mieux en mieux avec Onise, et les deux jeunes de mettent à passer de plus en plus de temps ensemble. Tant et si bien que la lycéenne réalisé bientôt qu'elle est amoureuse de lui. Ces sentiments la contrarient d'ailleurs beaucoup car elle a longtemps cru aimer de cette manière son oncle, et seul tuteur légal... Heureusement, elle peut désormais compter sur Misaki et Yashiro, qui forment avec elle et Onise un groupe plutôt soudé bien qu'assez original ! Nao a des sentiments mitigés en se rendant compte que grâce à elle, Onise commence à s'ouvrir aux autres et même à se faire un nouvel ami...

     

    Avis par Jake :

    Rares sont les shojos avec lesquels j'accroche véritablement ! Mais c'est le cas ici ! Les deux personnages principaux sont adorables bien qu'un peu niais ^^. Mais j'adore les deux pièces rapportées : Misaki est très attachant avec ses insécurités et ses réactions excessives ; quant à Yashiro, elle est très forte et pourtant on sent de suite qu'elle a bon fond lorsqu'elle permet à Nao de se confier. On s'amuse beaucoup et on prend beaucoup de plaisir à voir les relations des personnages évoluer ! Le ton est toujours le même, c'est un rythme agréable et régulier. C'est rassurant de voir qu'un manga de ce genre est à son 8eme volume au Japon, car c'est exactement le type de shojo que j'aime suivre... Vivement le tome 3 !

    Lien direct : Editions Soleil


    votre commentaire
  • Baby-sitters - Tome 09 - Hari Tokeino

    Résumé :

    Le festival Tanabata approche, et pour les décorations, les enfants de la crèche inscrivent leurs souhaits sur des cartes qu’ils accrochent sur un bambou, afin que les étoiles réalisent leurs souhaits. Hayato, même s’il n’y croit pas une seconde, joue le jeu et demande de « pouvoir aller jouer au Koshien »… Mystérieusement, l’équipe de base-ball se met à réussir tous ses matchs… Les jumeaux Takuma et Kazuma parviennent à convaincre leur (insouciante ? Irresponsable ?) mère d’aller faire un tour seuls à la superette pour ramener du lait… Heureusement, leur père veille au grain. Puis Ryu et tous les clubs participent à un concours qui les voit s’affronter en équipe, et si le jeune homme n’a pas l’esprit de compétition, ce n’est pas le cas des bébés ! Enfin, Ryu et Hayato préparent leur exam… Kotaro, M. Saikawa et la directrice font leur possible pour alléger les tâches du lycéen, afin qu’il se concentre sur ses études…

     

    Avis par Jake :

    Bientôt 10 volumes et on ne s’en lasse pas ! (et ils en sont au 12ème tomes du côté du pays du soleil levant) Toute la douceur de ce shojo ne cesse d’émouvoir et de toucher avec des scènes adorables. Ici, j’ai trouvé le chapitre sur les examens de Ryu tout simplement magnifique, car ce n’est pas simplement Kotaro (que l’on aurait envie de bouffer tellement il est mignon), mais également M. Saikawa (que j’adore, il est vraiment hilarant) et la directrice qui font leur possible pour aider le jeune homme. On a l’impression de voir une famille recomposée, et voir les efforts qu’ils font les uns pour les autres est simplement très beau… J’ai également apprécié l’épisode sur le concours de sport, où l’on voit que Hayato est devenu ttrès proche de son ami Ryu : il a toujours un geste gentil, même si c’est en grognant ou en râlant pour cacher sa gentillesse… Les dessins sont toujours aussi jolis. Bref, c’est un succès !

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Dangerous love - Tome 01 - Kana Nanajima

    Résumé :

    Nono cherche le grand amour, ou en tous cas une histoire sérieuse… Pourtant, malgré la flopée de petits copains qu’elle accumule à travers le temps, elle semble toujours tomber sur des cas sociaux qui la trompent, ou qui sont trop possessifs… Avec ses deux meilleurs amis (un garçon et une fille), ils forment un clan pour tenter de trouver le grand amour… mais c’est surtout une excuse pour garder un œil sur Nono et sur chaque nouveau petit ami qui rentre dans sa vie. Mais bien que protecteur, c’est à se demander si le meilleur ami de Nono ne ressent pas un peu plus qu’un sentiment d’amitié pour elle… D’ailleurs, lorsqu’elle s’interroge véritablement, Nono se pose la même question…

     

    Avis par Jake :

    Bon, après moult déboires en shojos, je tombe sur quelque chose qui m’interpelle. Si le postulat de départ semble classique, il est tout de même rare que l’héroïne se ramasse X fois avec chaque nouvel amoureux. Donc un bon point pour l’originalité ! On se perd un peu au départ dans les divers petits amis de l’héroïnes, mais on prend vite le coup… L’amitié qui lie les trois personnages m’a beaucoup plu, et m’a rappelé l’ambiance de Bienvenue au club… J’espère d’ailleurs que cet aspect du manga sera privilégié dans le futur! Les dessins sont très réussis, eux sont plus proches de ceux dans Six half, j’aime beaucoup ! Les graphismes sont moins arrondis que les shojos classiques, c’est beaucoup plus réaliste ! Bien sûr, on voit dans quelle direction va aller le scénario (union imminente de Nono et son ami…), mais ça se lit très facilement ! Reste que le manga ne fait que deux tomes, donc nous serons vite fixer quant à la fin de l’histoire ! ^^ En tous cas, cette première partie est réussie !

    Lien direct : Soleil manga


    votre commentaire
  • Bad boyfriend - Tome 02 - Saki Aikawa

    Résumé :

    Cela fait maintenant un an qu’Ayano, la jeune fille sage et déléguée de classe, sort avec Kagura, le dernier successeur d’une grande famille Yakuza. Pourtant, ils n’ont toujours pas dépassé le stade du bisou, ce qui commence à inquiéter Ayano, d’autant qu’elle réalise (enfin) que son professeur particulier et ami de sa famille, est amoureux d’elle. Kagura, de son côté, a toujours beaucoup de mal avec le fait de mettre en danger la fille qu’il aime à cause de son statut bagarreur. D’ailleurs, lorsqu’un gang rival de se met à dealer près du lycée des deux adolescents, les choses se corsent…

     

    Avis par Jake :

    Voilà le dernier tome de ce dyptique… qui ne nous offre franchement rien d’extraordinaire. Selon moi, le shojo n’arrive pas à trouver son genre. Il oscille parfois entre l’auto-dérision, l’humour, qui lui vont plutôt bien avec des dessins exagérés et des personnages à dix mille… et le dramatique qui apparaît dès lors surjoué ! Kagura joue les gros durs, pourtant bien que l’on parle de Yakuza, aucune arme n’est utilisée dans toute la série… C’est peu crédible. Quant au personnage d’Ayano : on a envie de lui mettre des baffes et de lui intimer d’arrêter de chialer en permanence… Les personnages secondaires sont pour ainsi dire insignifiants et n’apportent rien. La trame ne nous touche pas du tout, et c’est là où le bas blesse. Si les dessins n’ont rien à envier à n’importe quel autre shojo du même acabit, l’histoire est simplement trop insuffisante pour captiver son lecteur. Un vrai flop !

    Lien direct : Soleil manga


    votre commentaire
  • Choubi choubi, mon chat tout petit - Tome 01 - Konami Kanata

    Résumé :

    Avant de devenir un bon gros chat ronronnant, Choubi-Choubi était un chaton plein de vie que la mémé venait d’accueillir… Les premiers temps n’étaient pas toujours faciles, entre adaptations et compromis. Mais avec les premières expériences, l’attachement entre le chaton et la vieille femme ne cesse de grandir, et c’est ainsi qu’ils apprennent à se connaître… et à s’aimer !

     

    Avis par Jake :

    Je crois que c’est la première fois que je lis ce type de manga… En fait, je ne savais même pas que cela existait… Dur de lui définir un genre, même s’il a été classé dans la collection « pets » (pour animaux de compagnie, en anglais) de Soleil Manga. Pour ma part, je l’aurais mis en « feel good » ! Parce que c’est ce que les petites histoires de ce manga nous font ressentir ! Ce sont plein de petits moments attendrissants ou rigolo, parfois touchants du quotidien, qui nous rappellent qu’il y a tout plein de belles choses dans nos vies ! Les gens qui ont chez eux un animal de compagnie comprendront comment on peut facilement en devenir gaga, et c’est cette essence qui est retranscrite ici. Les dessins sont très bons : les décors sont plutôt oubliés aux profits des expressions, et c’est surtout en suivant les aventures de Choubi-Choubi que l’on peut capturer les meilleures réaction du chaton ! En fait, c’est un peu de l’initiation aux mangas, notamment pour les plus jeunes, et j’aime beaucoup !

    Lien direct : Soleil Manga


    votre commentaire
  • I love Hana-kun - Tome 01 - Fuyu Kumaoka

    Résumé :

    Nana est une jeune fille sérieuse, présidente du conseil de classes de son lycée. Elle tombe bientôt sur Hana, un garçon qui est son opposé total : je-men-foutiste, réputé infréquentable, il sèche les cous dès que possible. Mais une main tendue change tout, et les deux jeunes se retrouvent bientôt à plaisanter ensemble… Et lorsque Hana donne un présent à Nana, elle s’y attache étrangement et se demande si elle ne commence pas à éprouver des sentiments pour son compagnon de cours… Et malgré son attitude, Hana a parfois des attentions ou des petits mots très délicats à l’attention de Nana…

     

    Avis par Jake :

    Un shojo… typique. Il n’est pas mauvais, les dessins sont bons et assez classiques pour ce genre. Les filles ont de grands yeux et des mèches rebelles. Les décors sont assez absents pour profiter aux visages des personnages mis en avant… C’est agréable à lire et à l’œil… En revanche, l’histoire est clairement du vu et revu : des shojos dont le thème est une fille modèle qui tombe amoureuse d’un bad boy qui s’attendrit pour cette dernière, il y en a des dizaines. C’est franchement dommage ! On a beau être dans un genre propre à la romance, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de place pour l’innovation ! Où sont les personnages féminins forts ? Où les gentilles qui tombent amoureuses des gentils ? (Ou mieux encore, j’aimerais voir une méchante qui tombe amoureuse d’un méchant ! ^^). On tourne en rond pour se rapprocher progressivement d’un garçon qui est loin d’être mauvais… Mais on le sait ! Il est foncièrement gentil, simplement désintéressé des études. Bref, c’est un bon shojo au sens strict du terme. Il plaira aux amatrices du genre, à condition qu’elles ne fassent pas une overdose du « the good girl loves the (fake) bad boy »… Zéro suspense à l’horizon… :-(

    Lien direct : Editions Tonkam


    votre commentaire
  • Library wars - Love & war - Tome 13 - Kiiro Yumi

    Résumé :

    Pour protéger le célèbre romancier Toma (que Iku et Dojo idolatrent !) de la censure, le corps des bibliothécaires utilise le domicile de l’ancien commandant de la base du Kanto, Inamine…. Mais voilà que les services spéciaux d’amélioration s’y présentent, forçant Iku et Dojo à orchestrer un nouveau plan pour protéger Toma. Mikihisa retourne voir Marié pour passer du temps avec elle, et cette dernière lui fait une demande un peu singulière… Enfin, pour échapper à la censure, le romancier Toma devra peut-être même quitter le pays, Iku propose une solution originale !

     

    Avis par Jake :

    Voilà trois tomes que je suis ce manga, mais je pense m’arrêter là. Ce shojo possède cependant de belles qualités : les graphismes sont très jolis, et il a le mérite de mélanger de l’action et des romances comme peu de mangas peuvent le faire… En revanche, j’ai pris l’histoire bien trop tard, et ne connaissant pas réellement les personnages et leurs interactions, je passe à côté de beaucoup de choses, et surtout je ne me suis pas réellement attaché aux protagonistes. Autant je commence à apprécier la romance (un peu longue ^^) entre Iku et Dojo, autant les personnages de Mokihisa et Marié me sont totalement inconnus. Et dans ce volume, l’intrigue est quasiment au point mort, c’est un peu frustrant lorsque l’on essaie de faire le compte de ce qui s’est produit en un tome… Parfois on arrive à prendre le train en route, il se trouve que pour cette fois, cela n’aura pas fonctionné pour moi…

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • He is a beast ! - Tome 06 - Saki Aikawa

    Résumé :

    Himari réalise qu’elle aime Keita, mais ce dernier a annoncé qu’il quittait la maison familiale. La jeune femme lui demande de considérer la peine qu’il infligerait à son père et à sa belle mère, mais Keita a retrouvé sa propre mère et ne veut pas la laisser seule. Himari comprend qu’elle n’a plus beaucoup de temps avec lui, et malgré leur « lien familial » elle lui demande un tout dernier rendez-vous. Ainsi, ils se rendent à l’aquarium où les couples pullulent… La coupure est difficile, et lorsqu’elle retourne travailler au restaurant, le nouvel employé ne fait rien pour faciliter la vie d’Himari !

     

    Avis par Jake :

    Je découvre He is a beast ! à ce sixième volume, donc j’ai loupé pas mal de choses, mais l’ambiance de ce shojo s’impose très rapidement… Je comprends mieux comment ce manga est devenu le meilleur lancement shojo de 2014 tout éditeurs confondus, car contrairement à ce que l’on peut penser,ce n’est pas simplement une énième histoire entre un mauvais garçon et une jeune fille éperdument amoureuse… Leur relation est plus complexe, et leur situation familiale l’est davantage, pourtant on voit que tous les protagonistes s’apprécient beaucoup. Les textes ne sont pas surchargés, et les dessins sont très aérés, ce qui tient du miracle pour un shojo romantique ! Evidemment, on garde tout de même tous les critères du shojo, de sorte que les fans du genre se régaleront ! Pour ma part, je trouve que c’est très réussi : la mangaka parvient à trouver une juste mesure, et cela donne très envie de découvrir ce shojo depuis le début !

    Lien direct : Editions Soleil


    votre commentaire
  • Pray for love - Tome 02 - Keiko Sakano

    Résumé :

    Une femme ressemblant très étrangement à Amane se dit être l’épouse de Shizuka et prétexte que ce n’est que sa ressemblance avec la jeune humaine qui a poussé le Dieu à se rapprocher de lui ! Mais les apparences ne sont pas forcément vraies, et ce sera l’occasion pour Amane de rencontrer quelqu’un appartenant à la vie de Shizuka… Puis alors qu’elle essaie de se détendre dans un bain thermal, Amane est perturbée par les manipulations du fils de l’aubergiste… Enfin, Shizuka est en danger lorsque un homme qui a une dent contre les Dieux utilise le corps d’Ampane pour capture l’âme de Shizuka… L’histoire d’amour entre un Dieu imbu de lui-même et une lolita esseulée continue…

     

    Avis par Jake :

    Pray for love est un manga plutôt réservé aux jeunes adolescentes. Il regroupe évidemment la majorité des critères du shojo, mais ajoute un fond de fantastique qui est bien agréable ! Le ton est immédiatement donné : on ne se prend pas au sérieux, et on raconte simplement une romance impossible entre un Dieu plutôt joueur et une fille déçue par la vie qui ne se voyait pas prendre de risque jusque là… Le tout est plein de caricatures, mais ça marche pourtant très bien, probablement grâce à l’humour qui est distillée tout au long de l’œuvre. Les blagues sont assez lourdes et assumées, et donnent l’occasion de partir dans un freestyle au niveau des dessins, avec de petits personnages aux yeux tranchés (comme sur la quatrième de couverture). Classé dans la collection « Gothic » de Soleil manga, Pray for love bénéficie de graphismes très aboutis qui font la part belle aux personnages, ainsi qu’aux créatures fantastiques plutôt qu’aux décors. J’ai passé un moment agréable dans ce monde mignonnet ! Un shojo très girly avec une touche de surnaturel !

    Lien direct : Editions Soleil


    votre commentaire
  • Honey - Tome 01 - Amu Meguro

    Résumé :

    Nao est une jeune fille plutôt timide et réservée. Pourtant, lorsqu’un jour elle croise sous une pluie torrentielle un jeune homme dans un sal état dans la rue, la jeune collégienne lui laisse son parapluie et des pansements. Lorsque ce même garçon s’avère être un voyou notoire aux cheveux rouges et aux oreilles percées, et qu’il vient lui demander de sortir avec lui et de l’épouser, elle a trop peur pour répondre par la négative ! Onise se révèlera rapidement être à l’opposé de l’image qu’il renvoie : prévenant et généreux, il se fera progressivement une place dans la vie de Nao et les deux ne tarderont pas à se faire un groupe d’amis aussi marginaux qu’eux deux !!!

     

    Avis par Jake :

    La couverture m’a immédiatement plu ! Le dessin, les couleurs, tout crie le shojo, mais il y avait un petit quelque chose qui me disait que je ne le regretterai pas… Probablement la candeur de Nao sur la couverture… Quoi qu’il en soit, on est bien dans un shojo, plutôt classique avec parents de l’héroïne morts, amourette pour le gardien légal qui s’avère être l’oncle (dégueu mais relativement courant dans les mangas ^^), et faux bad boy au grand cœur… Mais ce coup-ci, cela fonctionne ! Onise est gentil, et sous ses airs rebelles il renferme un grand cœur. Nao est timorée, mais suffisamment intelligente pour s’en rendre compte et prendre du recul. Les deux fonctionnent bien, mais leur ajouter des personnages secondaires aussi tôt dans la trame (Misaki et Yashiro), on obtient la formation d’un groupe attachant qui a une dynamique bien définie. Côté dessin, ça ressemble un peu à Orange, ou Dreamin’ sun… J’ai donc beaucoup apprécié les traits et visages ! Très bon début pour Honey !

    Lien direct : Editions Soleil


    votre commentaire
  • Rere hello ! - Tome 02 - Toko Minami

    Résumé :

    Riri a été embauchée : tous les jours, elle va donc préparer à manger chez Minato, un adolescent qui vit seul, plutôt privilégié et capricieux. Mais rapidement, Riri va se demander si son employeur ne développe pas des sentiments pour elle… En effet, lorsqu’elle va chercher les résultats de son père à l’hôpital, il lui offre un portable pour toujours pouvoir la contacter. Puis lorsqu’elle commence à être suivie par une groupie folle furieuse accro à Minato, il s’impose immédiatement en protecteur. Le garçon cherche de plus en plus la proximité de Riri, et ce n’est pas vraiment pour lui déplaire. Malheureusement, ce travail ne lui suffit pas à payer les factures, alors quand un ami de Minato lui propose du travail, quelle sera la réaction de ce dernier ?

     

    Avis par Jake :

    Ce second volet ressert les mêmes qualités que le premier ! Le seul petit détail frustrant est que le manga ne recèle pas les mêmes qualités culinaires que celles en couverture ! C’est sûrement l’adoration du shojo J’aime les sushis qui me pousse à désirer voir de la bouffe dans les mangas ! ^^ En revanche, j’adore l’état d’esprit léger de l’histoire et de ses personnages. Autant du côté de Minato que de celui de Riri (bien que celle-ci soit forcément un peu plus anxieuse, à cause des problèmes d’argent de sa famille). La trame est simple, mais suffisante. On commence à rencontrer de nouveaux personnages, ce qui est bien, et même nécessaire pour éviter que l’histoire ne se mette à tourner en rond. Les dessins sont géniaux pour un shojo : très clairs, et ils évitent les gros plans typiques de ce genre d’œuvre. Dans la continuité, l’héroïne n’est pas en train de pleurer toutes les deux minutes, et c’est franchement rafraîchissant ! ^^ Le coup de crayon est vraiment bon. Ca, c’est un shojo réussi !

    Lien direct : Editions Delcourt

    votre commentaire
  • Baby-sitters - Tome 08 - Hari Tokeino

    Résumé :

    En racontant à Kotaro l’histoire de la princesse Kaguya, Ryuichi lui fait passer un mauvais message… En effet, Kotaro est désormais persuadé que pour que les gens qu’il aiment ne le quittent pas (à la manière de ses parents décédés), il est obligé de leur offrir ce qu’il apprécie le plus… ce qui prend la forme de nourriture ! En tombant sur une vieille photo, Usaida se replonge dans les premiers instants de la crèche, lorsqu’il a commencé à s’y impliquer en accompagnant Yukari à ses cours de préparation à l’accouchement. Puis Inomata a son premier rendez-vous shopping avec une de ses amies, et elle tombe sur Kotaro et son frère, qui lui donnent un coup de main pour la sortir de l’embarra. La directrice et tous les membres de la crèche sont invités par une ancienne amie de la vieille dame à venir passer une journée dans une auberge près de sources chaude, l’occasion pour les enfants de s’amuser ! Enfin, quand la saison des pluies arrive, Kotaro s’attache un peu trop au parapluie en forme de panda que lui a offert la directrice !

     

    Avis par Jake :

    Avec la première et dernière histoires de ce volume, je retombe dans les chapitres les plus touchants de Baby-sitters qui étaient pour la majorité dans les premiers tomes. Comme à leur habitude, ils mettent en avant Kotaro et son attachement pour son grand frère. Dans la première, il est plus que touchant, et c’est assez émouvant la façon dont il se remémore la perte de ses parents, avec cette crainte très enfantine et ô combien compréhensible, que cela se produise à nouveau… Dans le dernier, sa compassion et ses précautions pour protéger son parapluie panda afin que ce dernier ne tombe pas malade sont carrément touchantes ! Les personnages sont magnifiques, et cela s’équilibre avec l’hilarant Hayato qui sort à son frère : « si tu te paumes, tu te démerdes : moi je me casse » alors qu’ils sont dans un grand magasin de jouets ! Bref, il semblerait que malgré le temps, Baby-sitters parvienne encore à émouvoir et faire rire, et c’est la recette pour un shojo parfait, surtout quand les dessins transmettent ces mêmes émotions…

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Library wars - Love & war - Tome 12 - Kiiro Yumi

    Résumé :

    Iku a finalement son rendez-vous avec Dojo qui se concrétise… Elle ne sait pas trop comment l’appréhender, car leur relation professionnelle est toujours omniprésente. Néanmoins, elle sent rapidement que leurs sentiments sont réciproques, même si elle ne veut pas y croire… Cette fameuse camomille est un moment magique, jusqu’à ce qu’il soit interrompu par une urgence du Corps des Bibliothécaires. En effet, un auteur connu est pris pour cible d’un attentat terroriste, et là encore, Iku et Dojo doivent se faire passer pour un couple afin tromper les gens qui les surveillent… Enfin, un rapprochement se crée entre Bibli Avenir et le corps des Bibliothécaires… Une réunion familiale en vue ?

     

    Avis par Jake :

    Je n’avais vraiment pas accroché avec le dernier tome (qui était à vrai dire également le premier que je découvrais de ce shojo) et j’avoue avoir passé un moment plus agréable ici. La tension était beaucoup moins présente, et le style était plus tranché (alors que le volume mélangeait du shojo et du shonen de manière un peu brutal, cela m’avait désarçonné). Les premières scènes, autrement dit le rendez-vous entre Iku et Dojo sont du pur shojo avec la fille parfaitement timide et timorée et le garçon qui partage clairement ses sentiments et tente de la rassurer. Puis la trame rattrape la romance et vient s’y mêler de manière plutôt adroite. Au niveau des dessins, c’est assez réussi : là aussi, on est à la frontière entre le shojo et les shonen. Cela me fait penser à Arata : des dessins très précis, mais des plans rapprochés qui font penser à un shojo. Bref, je ne suis pas complètement fan, mais c’est vrai qu’arrivé à ce volume 12, la trame est bien avancée et la mythologie m’échappe un peu…

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • I dream of love - Tome 02 - Arina Tanemura

    Résumé :

    Chikagé a la possibilité de devenir Akari, sa version d’elle-même à 15 ans. Célibataire et toujours vierge à 31 ans, elle n’hésite pas à devenir une nouvelle idol, avec pour seul compagtnon dans la confidence, un ancien camarade de classe Tokita. Mais pour obtenir véritablement son titre, et la production de son album, Akari doit affronter Yuko, la jolie idol qui avait fait faux bond et permis à Akari de se faire connaître. Les deux jeunes filles devront concourir dans des spectacles afin de déterminer laquelle est la plus populaire… Akari décide bien de laisser tomber dès le départ, prétextant qu’elle n’a aucune expérience, néanmoins, ses amis la pousseront à se dépasser. Cela lui permettra également de les découvrir sous un nouveau jour…

     

    Avis par Jake :

    Un shojo franchement agréable ! Il y a une touche de magie bien agréable et cela donne un postulat chouette : Chikagé qui possède une chance de recommencer et faire différemment, mieux. C’est un personnage attachant, mais principalement parce que le lecteur la prend un peu en pitié : on regrette qu’elle n’ait pas davantage profité de sa vie, qu’elle soit aussi effacée. Les personnages secondaires sont nombreux, et contrairement à la majorité des mangas de ce genre, ils sont importants. Ce qui donne un nombre plus élevé de possibilités, et garde donc le lecteur dans l’incertitude… Hibiki et Tokita sont des garçons très gentils, même s’ils le cachent un peu, et leur affection pour Chikagé / Akari est claire. Les dessins quant à eux sont vraiment magnifiques, et pour une fois, je ne veux pas dire « pour un shojo » ! C’est simplement très beau, très complet… Je pense qu’à la base, le public visé est plutôt jeune, pourtant le thème du renouveau est quelque chose qui parlera à beaucoup, et qui plaira de façon beaucoup plus universelle… C’est vraiment une œuvre chouette qui n’est qu’à ses débuts au Japon, puisqu’ils n’ont pas dépassé le second volume…

    Lien direct : Editions Tonkam


    votre commentaire
  • Come to me - Tome 03 - Nachi Yûki

    Résumé :

    Mirei, qui vit désormais avec Suzuma et Mano se voit confrontée à une nouvelle situation compliquée ! En effet, Suzuma lui fait une déclaration d’amour. Mal à l’aise, elle cherche à éviter la confrontation. Quant à Suzuma, c’est uniquement sur les conseils de Mano qu’il parvient véritablement à interroger la jeune fille sur ses propres sentiments. Pourtant, Mano est rongé par son propre attachement pour Mirei. D’ailleurs, il devient rapidement clair pour tout le monde qu’elle compte également beaucoup à son cœur, et qu’elle va devoir faire un choix… Suite à tout cela, l’un des garçons déménage, laissant les deux derniers colocataires afin de réaliser la portée de leurs sentiments, et les laissant libre d’agir ou non… Qui Mirei choisira-t-elle ?

     

    Avis par Jake :

    Bon, ça commence à faire beaucoup dans ma phase shojo… Il va me falloir de la baston très prochainement pour trancher ce style ! ^^ Plus sérieusement, ce manga est très doux. Les personnages sont ultra calmes et assez caricaturaux : Suzuma est désespérément amoureux de Mirei, pourtant il parvient à passer à autre chose très rapidement. Mano a un attachement maladif pour elle, c’est limite pathologique, comme s’il ne pouvait pas vivre sans elle, enfin Mirei plaira certainement aux lectrices parce qu’elle est la fille candide par excellence. Il lui faut beaucoup de temps pour comprendre les choses (un petit test de QI serait de rigueur ^^). Il n’est pas question de triangle amoureux (comme dans Kimagure orange road, alias Max et compagnie) : on sait très bien où sont les sentiments les plus forts et quel est le couple que la mangaka souhaite mettre en avant… Franchement, chez ce même éditeur j’ai largement préféré Mariage, mode d’emploi que je viens de finir ; mais je dois admettre que les dessins de Come to me sont vraiment très réussis. Bien que cela suive les codes du shojo, les traits sont francs, les silhouettes très bien proportionnées. Du beau boulot… mais un thème réservé aux shojo-addicted pour cette saga au 7ème tome au Japon !

    Lien direct : Editions Soleil manga


    votre commentaire
  • Mariage, mode d'emploi - Tome 02 - Mitsuri Fujii

    Résumé :

    Haruka est mannequin, Kanuma est entrepreneur et Miho, assistante dentaire. Pourtant, ces trois femmes ont plusieurs points communs : tout d’abord, elles sont toutes sans mari et sans projet de mariage, et pourtant, elles ont plus de 30 ans ! Haruka se fait accoster par un homme sur son lieu de travail, et elle est surprise par son caractère mature et son intérêt pour elle malgré son âge. Quant à Miho, elle cherche simplement un bon coup, alors qu’un garçon impotent qu’elle a rencontré sur un site de rencontre continue de squatter chez elle ! Les trois sont amies et se racontent les tracas de la vie du quotidien, alors que leurs familles ont plutôt tendance à les pousser vers le mariage !

     

    Avis par Jake :

    Voilà un shojo que j’ai pris plaisir à découvrir ! Evidemment, on est sur un thème très féminin, mais à la manière de Sex and the city, c’est traité avec beaucoup d’humour et de second degré. Les personnages féminins sont très différents, et offrent donc un panel large afin d’accrocher le lectorat. On aime aussi beaucoup la relation qu’elle partage, et là encore, on rejoint la célèbre série de HBO qui voyait ces amies trentenaires déblatérer sur leurs déboires amoureux et sexuels ! Les dessins quant à eux sont bien réussis, les traits ne sont pas très fins, plutôt assurés pour du shojo. Les filles n’ont pas les yeux constamment bouffis, les garçons sont certes fins, mais pas anorexiques ou trop androgynes. Ce n’est pas trop girly et donc très agréable à lire ! On a franchement envie de découvrir ce qui va arriver à ces trois femmes. On passe un bon moment sans se prendre la tête, et pour moi c’est à ça que doit ressembler le shojo ! A voir ce que cela donne avec la conclusion de ce manga en trois volumes…

    Lien direct : Editions Soleil manga


    votre commentaire
  • Bad boyfriend - Tome 01 - Saki Aikawa

    Résumé :

    Lorsqu’Ayano, présidente du comité des élèves, se retrouve à boire de l’alcool pour une petite fête, c’est sans imaginer une seconde qu’elle se réveillerait dans le lit d’un garçon du lycée nommé Kagura, qui est le successeur du clan yakuza du même nom ! Ayano pense immédiatement qu’elle a fait une erreur, pourtant la sincérité des sentiments de Kagura et les petites attentions qu’il a pour elle suffiront à la faire flancher, et les deux adolescents vont développer un réel amour. Mais leur idylle est-elle possible alors que le destin semble vouloir les séparer ? Kagura peut-il avoir une relation amoureuse alors que sa vie même est dangereuse ? Et peut-il accepter qu’Ayano se prenne au milieu de sa vie de yakuza ?

     

    Avis par Jake :

    Un peu de mal à accrocher avec ce manga qui est du shojo à 100 % ! Cela inclut donc : fille très régulièrement en pleurs, personnages hyper androgynes aux traits allongés, cheveux longs qui volent au vent, jalousie, amour possessif et inconditionnel, coup de foudre amoureux rapide et infondé. Bref, c’est une histoire complètement girly qui ne plaira qu’aux inconditionnelles du genre, qui souhaitent rêver d’amours difficiles mais réalisables. C’est plus compliqué de s’identifier quand on sait que dans la vraie vie, les choses ne se passent pas exactement de la même manière. Ayano et Kagura se remarquent sur un malentendu et tombent irrémédiablement amoureux. On fait complètement l’impasse sur le fait que Kagura soit en réalité un méchant (les yakuzas, ça ne fait pas vraiment dans la dentelle normalement…). Côté dessin, c’est du shojo classique également. C’est réussi si on aime le genre ! La couverture annonce la couleur, et si c’est du girly pur et dur que vous cherchez, vous serez comblée par ce premier volet (sur une saga en deux tomes) ! Sinon, passez votre chemin !

    Lien direct : Editions Soleil manga


    votre commentaire
  • Rere hello ! - Tome 01 - Toko Minami

    Résumé :

    Riri est une jeune lycéenne dégourdie qui vit depuis dix ans seule avec son père. Ce dernier tente de joindre les deux bouts en prenant son travail d’homme à tout faire très au sérieux. Mais lorsqu’il est cloué à l’hôpital à cause du surmenage, c’est sa fille qui insiste pour reprendre la mission du malade. Ainsi, elle se rend chez Minato, un garçon qui l’a épaté dans le métro avec un acte de pure gentillesse auprès d’une malade. Seulement, Minato est également un adolescent riche et vivant seul… et il est incapable de faire quoi que ce soit par lui-même ! C’est ainsi qu’elle se retrouve à ranger les affaires du lycéen, ou même à lui cuisiner à manger ! Seulement, lorsque Minato tombe malade et que la grippe le fait délirer, les deux jeunes gens se rapprochent…

     

    Avis par Jake :

    Un shojo qui ne prend pas le lecteur pour un imbécile. Loin d’être larmoyant, ce manga n’est pas non plus hilarant : il a simplement une histoire à conter. Et pour le coup, elle est assez originale : on se prend rapidement d’affection pour Riri (un peu moins pour Minato qui oscille entre la gentillesse et la paresse). Le début de la trame est particulièrement intéressante : on plante le décors, alors que les derniers chapitres brassent un peu du vide. Mais on avance, et on se demande à quel rythme ou comment exactement leur relation va évoluer. Pour l’instant, il n’est pas du tout question de sentiments amoureux, simplement de deux êtres qui se rencontrent et se découvrent des ressemblances et des différences… et cela m’a plu. Les dessins quant à eux sont très bons, c’est exactement ce qui me plait pour un shojo. Bonne proportion entre gros plans et visions plus larges… Cela m’a un peu fait pensé à J’aime les sushis, qui est un de mes shojos préférés, c’est dire… L’histoire mérite de s’ouvrir un peu, mais il y a franchement du potentiel !

    Lien direct : Editions Delcourt


    votre commentaire
  • Fausse petite amie - Tome 01 - Mikase Hayashi

    Résumé :

    Subaru craque depuis longtemps sur Tadafumi. Mais alors qu’elle est en classe normale, il est en section spéciale… et il ne l’a jamais calculée ! Lorsqu’elle l’entend par hasard dans l’infirmerie dire qu’il souhaiterait trouver une fille pour faire semblant d’être sa petite amie, son sang ne fait qu’un tour ! Elle se propose immédiatement, et demande du bout des lèvres pourquoi il a un tel besoin. Le prétexte de Tadafumi est simple : ses copains de classe trouvent de plus en plus bizarre qu’il n’ait personne. Trop heureuse de passer chaque moment de libre avec son « faux petit ami », Subaru ne tarde pourtant pas à s’interroger sur la réelle raison pour laquelle Tadafumi l’utilise. Car elle de son côté, ne fait que tomber un peu plus chaque jour sous le charme du jeune garçon…

     

    Avis par Jake :

    Un nouveau shojo qui ne m’a franchement pas convaincu. On est sur du grand classique : la fille est amoureuse du garçon, qui lui ne ressent rien pour elle. Il a besoin d’elle et l’utilise, jusqu’à ce qu’il manque de la perdre et se rende compte qu’il s’est mis à tenir à elle. Voilà comment résumer l’œuvre en trois lignes. Les personnages ne sont pas franchement attachants, ni même malins, en particulier pour Subaru qui a un « crush » de jeunesse mais y voit quelque chose de plus profond. D’ailleurs, je me demande bien quelle direction prendra ensuite le scénario puisque ce shojo a le bénéfice de ne pas faire patienter son lecteur trop longtemps : en trois chapitres, la mangaka parvient à les mettre ensemble pour de « faux », puis à la faire rompre et se remettre ensemble cette fois-ci selon des sentiments bien réels. Les dessins en revanche sont très bons pour un shojo. Pas trop larmoyants et ils ne rendent pas chaque personnage androgyne. Malgré ce bon côté, Fausse petite amie n’est pas du tout mon style de manga…

    Lien direct : Editions Tonkam


    4 commentaires
  • Kamikaze kaito Jeanne - Tome 07 - Arina Tanemura

    Résumé :

    Jeanne est sur le point de jouer son dernier combat ! Chiaki a été enlevé par Satan, et c'est Finn qui vient confronter Jeanne. Mais rapidement, l'ange se voit mise face à Access et à ses anciens amis. Tout n'est pas noir et blanc et les sentiments sont très forts... Finalement, Jeanne se retrouve enfin face à Dieu qui lui explique comment la réincarnation marche depuis la nuit des temps, depuis Eve jusqu'à Maron... Satan propose un duel et menace d'attenter à la vie de Chiaki si Maron refuse ! Le destin des quatre personnages principaux va être déterminé !

     

    Avis par Jake :

    Le tout dernier tome de ce shojo clôt la saga dans les mêmes tons ! C'était mignonnet et pas trop long, les personnages étaient appréciables et attachants. Le genre magical girl fait incontestablement penser à Sailor moon et replonge le lecteur en enfance... Dans ce volume en particulier, j'ai beaucoup aimé l'aspect historique, en fait l'histoire de Dieu qui retrace depuis la création les réincarnations de Maron. Les relations amoureuses ne sont pas bâclées, et même s'il est évident que tout est résolument (trop?) positif, on a quelques surprises. Les dessins n'auront absolument pas changé du début à la fin de ce shojo : avec ses personnages longilignes aux grands yeux, ils plairont forcément aux fans du genre ! Le fait de clore l'histoire en 7 numéros est une bonne idée, c'est suffisamment court pour que l'on puisse se replonger volontiers dans cette saga...

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique