• Kamikaze kaito Jeanne - Tome 03 - Arina Tanemura

    Résumé :

    Chiaki est kidnappé par son propre père, que Maron suspecte d’être possédé par un démon. Elle se rend dans sa demeure alors qu’il s’agit d’un piège pour la capturer, mais c’est aussi l’occasion de faire la paix avec Chiaki, son adversaire dans sa quête des œuvres d’art… D’ailleurs, la saint Valentin approche et Chiaki reçoit de nombreux chocolat, notamment de la part de Miyako qui semble très éprise du garçon… Puis Maron doit faire face à la perte de son rosaire, et réveiller en elle son pouvoir divin afin de pouvoir se transformer sans l’aide de l’ange Finn. Miyako fait également la plus étrange des demandes à Jeanne la cambrioleuse, car elle suspecte son frère d’être sous l’emprise d’un démon… La jeune fille qui aide la police comprendra mieux le véritable objective de Jeanne…

     
    Avis par Jake :

    Plus le manga avance, et plus les personnages deviennent mignons ! La trame avance bien, d’autant qu’on en apprend bien plus sur les familles respectives (et complexes !) de Chiaki et Maron. En effet, même la jeune cambrioleuse reçoit une lettre assez énigmatique de son père. Côté sentiment, les deux sont éperdument amoureux l’un de l’autre, mais Maron a encore du mal à se laisser aller d’un point de vue éthique, puisque Chiaki est en fait Simbad le voleur… ce qui ne semble pas déranger ce dernier ! Miyako revient un peu sur le devant de la scène, par rapport au tome précédent, et c’est une réussite : elle a vraiment son importance dans l’histoire, et sa relation amicale avec Maron est très bonne… Côté dessin, on confirme le statut de magical girl de l’œuvre, qui se destine plutôt aux jeunes filles ou aux adolescentes fan du girly. Les nombreux traits d’humour sont merveilleusement réussis grâce aux expressions hilarantes des personnages ! C’est vraiment un shojo mignon qui donne le moral !

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Liselotte et la forêt des sorcières - Tome 01 - Natsuki Takaya

    Résumé :

    Liselotte, jeune fille issue d’une famille noble, a été contrainte de s’isolée dans une maison perdue dans la campagne à l’Est. Elle est accompagnée de ces deux fidèles domestiques jumeaux qui ne la quitteraient pour rien au monde. Mais si Anna est d’une grande douceur, son jumeau Alto ne cesse de crier sur Liselotte… qui adore ça ! La jeune fille cherche à se créer un petit coin à elle en travaillant la terre lorsqu’elle rencontre un jeune garçon qui ressemble comme deux gouttes d’eau à un de ses anciens proches… Il est d’ailleurs celui qui la sauve d’une très étrange apparition. Car une légende veut que la région dans laquelle Liselotte s’est installée, soit le repère de sorcières, prêtes à envoûter les gens… D’ailleurs, un familier ne tardera pas à faire une bruyante entrée en matière dans le monde de Liselotte…


    Avis par Jake :

    On doit Liselotte à la grande mangaka Natsuki Takaya, célèbre dans le monde du shojo surtout pour Fruits basket… Elle signe avec Liselotte son retour dans l’univers du shojo fantastique. Le rythme est lent et plutôt calme et met en avant les relations entre les personnages, et leurs caractères propres. Ainsi, la petite Liselotte symbolise la pureté. Malgré sa naïveté, elle fait preuve de beaucoup de bonté et de gentillesse, et le lecteur ne manquera pas de se demander comment elle a pu s’attirer un si funeste sort. Certainement de quoi permettre à l’auteure de nous offrir quelques flashbacks. Les deux domestiques sont clairement là pour mettre l’ambiance, et c’est le cas aussi du familier de la sorcière. Alto et lui ont des caractères très forts et tranchés, et malgré leur gentillesse cachée, ils ne manquent pas de hausser le ton et de créer des circonstances cocasses ! Engetsu est quant à lui plein de mystère, et sa ressemblance avec l’ancien ami de Liselotte accentue son côté bizarre. Les dessins sont magnifiques, et bien que l’on note la délicatesse propre au shojo, il n’y a pas ce vide et ce manque de cohésion qui accompagnent d’habitude le genre. C’est donc un gros point positif pour ce nouveau manga ! Avis aux amateurs du genre, pour ce shojo de qualité…

    Lien direct : Editions Delcourt 

    LISELOTTE TO MAJO NO MORI © 2012 by Natsuki Takaya / HAKUSENSHA Inc., Tokyo


    votre commentaire
  • Mikado boy - Tome 01 - Riko Miyagi

    Résumé :

    Alors qu'il part de chez lui, Hideto Shibata se fait accoster par une jeune fille qui lui vole son sac. En courant après, il atterrit bientôt au milieu d'un groupe de personnes plus qu'énigmatiques ! On lui pose un certain nombre de questions aussi étranges que diversifiées ! C'est bientôt décidé (sans pour autant qu'on lui demande son avis !) : il devient Mikado Boy n°3, un agent secret à la solde d'une organisation visant à préserver la paix dans le monde. Les missions doivent être multiples et concernent surtout l'espionnage et le vol. Pour cela, il sera épaulé par Gin, qui ne manquera jamais de le pousser à bout !

     

    Avis par Jake :

    Si le postulat de départ m'avait paru alléchant, je dois avouer que j'ai vite déchanté. De par son thème, ce manga s'approche davantage du shonen... Pourtant, à la lecture, il n'y a aucun doute : que ce soit son rythme très lent, ses dessins épurés présentant principalement (que) les visages des personnages ou l'humour "doux"... Tout le fixe au shojo ! Le personnages principal est sympathique, très intelligent... Mais un petit peu mou : il laisse les événements le conduire, plutôt que l'inverse. Les personnages secondaires sont complètement différents et contrebalancent cet aspect en poussant constamment Shibata à bout. C'est vraiment la recette du shojo, mais avec davantage d'action. L'auteur est connu pour sa série "Mei's butler", et vous trouverez des clins d'oeil à la série principale. Côté dessin, c'est plutôt bien réalisé mais les traits sont un peu trop fins et efféminés à mon goût. Quant aux décors, ils sont malheureusement trop laissés pour compte... Un manga qui n'est donc pas pour moi...

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Dramin' sun - Tome 02 - Ichigo Takano

    Résumé :

    Shimana a emménagé avec plusieurs garçons. Elle est rapidement tombée amoureuse d’Asahi. Sur les conseils du propriétaire Taïga, qui semble gouverner la maison, elle se motive pour avouer ses sentiments à Asahi… C’est ainsi qu’elle se laisse prendre au jeu de la jolie Miku, qui lui offre un relooking pour l’occasion. Mais Asahi en aime une autre… une fille à qui il n’ose avouer ses véritables sentiments… qui semblent bien réciproques ! De son côté, Zen se rend compte de ce qu’il ressent pour Shimana lorsqu’elle effectue son relooking, mais le communication n’est vraiment pas son fort, et les relations sont plus qu’électriques entre les deux !

     

    Avis par Jake :

    Je ne m’attendais pas du tout à être captivé par un shojo aussi girly (il n’y a qu’à avoir la couverture !) et pourtant, c’est super prenant ! Il faut dire que cela change des éternelles filles en larmes que l’on peut croiser dans ce genre de mangas. Au contraire, les personnages sont plein d’entrain, bourrés de défauts, et à l’exception d’Asahi, ils sont tout sauf calmes ! La relation « je t’aime / moi non plus » de Zen et Shimana est géniale. Et j’ai beaucoup aimé également le côté « seinsei / je peux m’énerver à tout moment » de Taïga. Au niveau du dessin, là aussi ce n’ets pas banal. Si certains aspects sont (trop) traditionnels comme le rouge aux joues de Shimana, le reste est assez « pop et moderne » pour citer la quatrième de couverture. On aime ou pas du tout, c’est assez spécial. Finalement, c’est plutôt bien passé de mon côté ! J’ai beau avoir pris le train en route, le tout était parfaitement compréhensible. Franchement, un shojo très sympathique en 10 volumes à découvrir !

    Lien direct : Editions Delcourt

    YUMEMIRU TAIYO © 2008 by Ichigo Takano / SHUEISHA Inc.


    votre commentaire
  • Kamikaze kaito Jeanne - Tome 02 - Arina Tanemura

    Résumé :

    Maron, alias Jeanne la cambrioleuse envoyée par Dieu, a du mal à accepter le fait qu’elle ait été secouru par son rival : Simbad le voleur… Mais bientôt, elle réalisera que Chiaki, son camarade de classe, et Simbad ne font qu’un ! Trompée par le garçon, elle refusera de lui parler, jusqu’à ce qu’une nouvelle familiale difficile la plonge dans une lourde tristesse. Inquiet, Chiaki témoignera de sa compassion et de son affection pour Maron… Mais cela suffira-t-il pour que les deux ennemis s’entendent ? Car de son côté, le père de Chiaki qui rêve que son fils devienne médecin, a contacté Maron pour faire la paix avec son fils, et que celui-ci rentre à la maison…

     

    Avis par Jake :

    J’ai préféré ce deuxième opus au premier, certainement car on rentre plus en profondeur dans les personnages. Ce ne sont plus simplement des héros, mais de jeunes gens avec des problèmes familiaux. Les deux sont également partagés entre leur mission et leurs sentiments. Il y a une alchimie claire entre eux, et ils sont parfois touchants (bien que souvent têtus !). Sans les œuvres d’art à voler, ce tome est donc plus léger que le précédent, plus accès sur le côté sentiments. Même si les deux anges miniatures donnent une bonne touche d’humour à l’histoire. Le volume bénéficie également d’un chapitre bonus qui explique pourquoi Miyako est aussi motivée pour attraper la voleuse Jeanne… On découvre également un aspect nouveau de Chiaki. Nul doute que l’aspect familial de son personnage risque d’être plus exploré par la suite…

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Baby-sitters - Tome 05 - Hari Tokeino

    Résumé :

    Kotaro et Ryuchi se rendent avec Taka et son grand frère au festival, mais alors que tout se passe bien, le petit garnement perd son épée et fond en sanglots ! Heureusement, Ryuchi est le premier à se précipiter pour tenter de la retrouver, alors que Hayato trouve cela ridicule et embête son petit frère pour sa bêtise… Puis la crèche ouvre exceptionnellement un « caf’légumes », où les petits déguisés jouent les serveurs et tentent d’amener les boissons aux parents. C’est l’occasion pour les papas de découvrir la crèche, mais lorsque le père de Kirin se rend compte que la crèche est gérée par des hommes, il s’énerve rapidement… Puis Hayato jette une bombe en avouant l’identité de son père, que Taka ne connaît pas… Ryuichi prend Yoshihito en filature pour en apprendre plus sur l’autre baby-sitter… Enfin, Noël approche et c’est une saison difficile pour Kotaro et Ryuchi qui ont perdu leurs parents…

     

    Avis par Jake :

    Comme la majorité des histoires de Baby-sitters, celles de ce tome sont particulièrement touchantes. La trame sur le Père-Noêl est magnifique et ne manquera pas de vous émouvoir. C’est également le cas concernant celle sur le père de Taka et Hayato, qui malheureusement touche plus de monde que cela ne devrait… On a presque l’impression de se retrouver dans un de ces beaux romans qui font du bien à l’âme ! C’est très impressionnant (et rare) pour un manga ! Les idées sont originales, et on adore voir les dessins réussis des petits de la crèche déguisés en légumes ! On est déjà au 5ème opus, et on ne se lasse pas… On effleure la surface des personnages, et on commence à tisser de beaux liens entre eux… Grâce à la preview du prochain tome, on devine même le début d’une romance pour Ryuchui, ce qui pourrait être juste ce qui manque au manga… Il semblerait que ce magnifique shojo ait encore de belles années devant lui !

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Shojo relook - Tome 02 - Kaoru Ichinose

    Résumé :

    Voilà quelques mois que Kôsei et Kâko ont quitté la campagne pour gagner la ville. Afin que les gens ne se moquent pas de son ami, Kâko a complètement relooké Kôsei avec de nombreuses tenues très « in ». De fil en aiguille, le nouveau beau gosse a beaucoup fait parlé de lui et accède au devant de la scène après avoir été sacré « Jumon boy ». Mais il se retrouve bientôt confronté au tout premier Jumon boy et icône de son temps : Tomoé. Ce dernier apprécie la rivalité et va donc pousser Kôsei a faire ses débuts à la télévision… même si ce n’est pas aux goûts de tous ! Evidemment, Kâko va faire son maximum pour épauler son ami d’enfance, même si cela la pousse à confesser ses véritables sentiments envers celui-ci…

     

    Avis par Jake :

    S’il y avait le moindre doute malgré la présence du genre dans le titre de ce manga, ne doutez plus : il s’agit bien d’un shojo pur souche ! L’histoire traite de deux amis très proches depuis la plus tendre enfance, qui cachent leurs sentiments amoureux sous une non moins sincère amitié. Leur relation, parfois conflictuelle, est assez touchante et les deux prennent soin l’un de l’autre. Le scénario n’est pas passionnant, mais il ravira sans conteste les amateurs de mode, car l’auteur met en évidence de nombreux « outfits » et costumes à travers les talents de Kâko. Les dessins, fidèles au genre, alternent la finesse très précise mettant en évidence les costumes que portent Kôsei, et les gros plans sur visages propres aux shojos. En cet aspect, cela m’a beaucoup rappelé le manga J’aime les sushis, que j’adore… Sauf qu’ici, au lieu de parler de nourriture, on parle de fringues !

    Lien direct : Editions Delcourt

    MISHONEN PRODUCE © 2009 by Kaoru Ichinose / HAKUSENSHA Inc, Tokyo


    votre commentaire
  • The demon prince & Momochi - Tome 01 - Aya Shouoto

    Résumé :

    Himari Momochi n’a pour ainsi dire aucune famille, pourtant, le jour de ses seize ans, elle hérite de la résidence familiale. La grande surprise est plutôt que la maison est déjà habitée ! Yukari, Ise et Aoi ne sont pas des garçons ordinaires, et Himari va très rapidement s’en rendre compte ! La maison est en fait un lieu intermédiaire entre notre monde et celui des démons ! Aoi en est le gardien, et lorsque c’est nécessaire, il se transforme en un être à part : Nué. Loin de prendre peur, Himari, la nouvelle propriétaire, va s’installer avec eux et faire son possible pour les aider dans cette chasse aux démons qui tenteraient d’envahir notre monde…

     

    Avis par Jake :

    Classé dans la collection Gothic de Soleil manga, ce manga est en fait à la croisée entre le shojo (en particulier par rapport à son dessin) et le seinen (surtout étant donné le thème). J’ai pris du plaisir à la découverte de cette œuvre, et j’ai rapidement compris pourquoi : il m’a très vite rappelé (en édulcoré) le travail des CLAMP, en particulier dans XXXholic. En effet, côté scénario, on a une fille sympathique bien qu’assez isolée, qui se retrouve propulsée dans un univers inconnu et mystique. C’est tout à fait le cas d’Himari. Elle est marrante, sérieuse quoi qu’un peu tête en l’air et a surtout un très bon fond. Elle contraste avec les autres personnages, tous issus de ce monde paranormal. On sent la romance et la connexion entre Aoi et Himari dès les premiers instants, et bien que les chapitres soient agréables, on regrette un peu que la trame ne soit pas plus rapide (bon Ok, n’oublions pas que ce n’est qu’un premier tome, mais quand même…). Côté dessin, c’est très réussi ! Là encore, cela me fait penser à CLAMP : c’est précis, très lumineux et agréable… Gros point positif sur les dessins ! Reste à savoir si l’histoire va véritablement décoller, à confirmer donc avec la suite !

    Lien direct : Editions Soleil manga


    votre commentaire
  • Sailor moon short stories - Tome 01 - Naoko Takeuchi

    Résumé :

    La petite Chibiusa, alias Sailor Chibi Moon, entre dans une nouvelle école. A la demande de la maîtresse, elle se met à tenir un journal où elle doit conter son quotidien… Mais elle ne peut pas tout consigner à l’intérieur ! Par exemple, impossible d’expliquer qu’une de ses camarades de classe est en fait un vampire qu’elle devra affronter ! Ou que des mauvais esprits ont pris le contrôle du dentiste et décidé de perturber la fête de Tanabata ! Les collégiennes quant à elle, vont bientôt affronter le brevet… Mako a du mal à se consacrer à ses études… Pour Ami, c’est plutôt l’inverse : elle se rend folle à essayer de battre un élève qui utilise le pseudo de Mercurius ! Pendant ce temps, il y a de l’eau dans le gaz entre Rei et Minako…

     

    Avis par Jake :

    En voilà une bonne nouvelle : suite à la publication de la nouvelle version de Sailor Moon, Pika continue en nous proposant des recueils inédits en France de petites histoires (short stories) de Sailor Moon et de ses compagnons ! Sorti en 2004 au Japon, ces nouvelles reprennent nos personnages favoris en les confrontant à de petites contrariétés. Les dessins et le style n’ont évidemment pas changé. Ce n’est pas la précision du trait qui a fait le succès de ce shojo, mais bien ses personnages, leurs transformations et leurs pouvoirs lunaires ! Rien de transcendant, mais énormément de nostalgie ! Quel plaisir de retrouver les héroïnes de notre enfances, surtout qu’elles sont toutes là, et présentées avec beaucoup d’humour dans des histoires que l’on pourrait presque caractérisées de kitch, car oui : le temps passe ! J’ai adoré pouvoir me replonger dans cet univers, qui pour ma part, reste réservé aux véritables fans, ou aux plus jeunes… Une petite saga en deux tomes qui ravira les collectionneurs !

    Lien direct : Editions Pika


    votre commentaire
  • Baby-sitters - Tome 04 - Hari Tokeino

    Résumé :

    Depuis qu'ils sont sans leurs parents, c'est la première fois que Ryu prévoit une activité un dimanche sans son petit frère Kotaro. Convaincu par la directrice, Ryu confie Kotaro au majordome alors qu'il va voir un film au cinéma avec ses amis. Une épreuve plutôt difficile pour les deux frères... Puis c'est la Saint-Valentin, et la très stricte amie de Ryu commence à faire des siennes ! Mais au fond, son affection pour le garçon est assez visible, ne lui en déplaise ! Bientôt, les vacances au ski emportent tous nos amis (petits et grands !) à la neige, où Ryu va côtoyer une étrange apparition...  A l'école, pour la première fois, l'un des deux jumeaux est malade, laissant l'autre seul à la crèche. Enfin, la fête des poupées permet à Kotaro de créer une famille touchante qui inclut la direction et M. Saikawa...

     

    Avis par Jake :

    J'ai trouvé ce tome là un petit peu moins touchant : il joue un peu moins sur les sentiments, mais attention, Baby-sitters reste certainement le meilleur shojo de tous les temps ! La toute première histoire : l'absence de Ryu pour Kotaro est très belle. Tous les parents se retrouveront lorsqu'ils confient leur bébé pour la première fois... Leur retrouvaille est particulièrement émouvante ! C'est également le cas de l'histoire sur les poupées, le grand coeur de Moutmout (la directrice) est à peine caché par sa mauvaise humeur apparente. On apprend à découvrir davantage le majordome, M. Saikawa dans cet opus, et c'est un personnage qui plait énormément ! Ca sent le (tout) début de romance entre Ryu et son amie, qui récompense les petits pas un grand gâteau au chocolat... Le grand frère de Taka est toujours là pour ajouter la touche d'humour. Baby-sitters, c'est un savant mélange de tout ce qu'on adore !

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Kamikaze kaito Jeanne - Tome 01 - Arina Tanemura

     

    Résumé :

    A première vue, Maron Kusakabe est une jeune lycéenne ordinaire qui vit chez sa meilleure amie Miyako, depuis que ses parents l’ont laissée pour partir à l’étranger, des années plus tôt… Mais en fait, Maron a la possibilité de se transformer en la réincarnation de Jeanne, une chasseuse de démon épaulée par un petit ange, afin d’exorciser certaines œuvres d’art peuplées par des démons… La police, et Miyako, n’ont de cesse de traquer la magnifique héroïne, considérée comme une voleuse par beaucoup. Bientôt, un jeune homme débarque dans son nouveau lycée… et ne laisse pas indifférentes Maron et Miyako. Mais cela coïncide avec l’arrivée de Simbad, qui semble décidé à accomplir le même travail que Jeanne… avant elle ! Ne doutons pas que cette coïncidence n’en est pas une, mais qu’est-ce que cela signifie pour Maron ?

     

    Avis par Jake :

    Kamikaze kaito Jeanne a tout du shojo qui ravira les jeunes filles, avec des atouts qui ont déjà fait leurs preuves. En effet, il utilise la touche « magical girl » de Card captor Sakura avec son héroïne pleine d’optimisme et de bonne humeur, et de jolies transformations qui nous font immédiatement rapproche ce manga de Sailor moon, dont le succès n’est plus à expliquer. Il a également un petit côté moderne, à la manière de D.N.Angel avec son principe du super héro voleur d’objets d’art, même si ici le but est nettement plus noble… Côté scénario, ce premier tome campe évidemment les personnages principaux et l’intrigue, sans perdre de temps. Reste à savoir si les prochains volumes parviendront à conserver l’intérêt du lecteur, sans se montrer répétitifs. Au niveau du dessin, on est sur un shojo par excellence avec des personnages aux yeux immenses qui sourient la majorité du temps. Ce n’est pas ce que je préfère, mais cela colle au genre. J’ai beaucoup aimé les deux petits anges, qui jouent les guides pour les héros. Dommage que le titre n’ait pas été transformé en quelque chose d’un peu plus parlant, histoire d’annoncer la couleur…

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Yona princesse de l'aube - Tome 01 - Mizuho Kusanagi

    Résumé :

    Yona est la princesse d’un royaume sans souci gouverné par un roi dit peureux, qui n’a en réalité de désir que protéger sa fille et son peuple. Yona peut compter sur Hak, son garde du corps et ami d’enfance avec lequel elle ne cesse de se chamailler. Yona est également amoureuse de Soo-won, son cousin. Ce dernier, un peu plus vieux qu’elle doit justement les rejoindre. Yona espère qu’il le verra comme la jeune femme qu’elle est en train de devenir, et non plus comme sa plus jeune amie d’enfance. Mais une terrible tragédie va survenir, perturbant le statut quo du royaume, et poussant Yona et Hak à fuir… pour survivre.

     

    Avis par Jake :

    Dès la troisième page, je souriais déjà, riant de la relation piquante qu’il existe entre la princesse Yona et son protecteur Hak. Bien que le reste de l’histoire soit intéressante, nul doute que le scénario repose majoritairement sur ces deux personnages. Le fait qu’ils aient pratiquement été élevé ensemble leur donne une complicité géniale : Hak a beau être le laquais de Yona, il ne se laisse pas faire et lui envoie certains commentaires en pleine face, ce qui donne lieu à des situations cocasses et des dessins pleins d’humour. En parlant de dessins justement, si la couverture magnifique rappelle un peu du Rumiko Takahashi (Ranma ½, Rinne, Inu Yasha), l’intérieur tient plus de Vampire knight en un peu plus léger. Cela donne un superbe résultat pas trop girly et assez précis ! L’histoire est un peu lente, mais peut-être est-ce le début nécessaire pour camper les personnages, à confirmer par la suite. Le drame rattrape vite l’humour, mais il n’y a pas encore de ligne conductrice, ce que nous attendons bien sûr avec le second volet qui devrait sortir prochainement. Mais pour l’instant, j’aime beaucoup !

    Lien direct : Editions Pika


    votre commentaire
  • Wolf girl & black prince - Tome 01 - Hatta Ayuko

    Résumé :

    Erika est une élève de seconde. Mais pour entrer dans le groupe des filles branchées, elle doit prétendre avoir une folle relation amoureuse… Elle s’invente donc un petit ami. Mais elle ne peut tenir le mythe qu’un temps ! Elle prend finalement un inconnu en photo dans la rue, et le présente comme son petit ami auprès de sa clique féminine… Erika pense s’en être sortie admirablement, jusqu’à ce que ses amies le reconnaissent comme Sata, un autre élève de seconde de leur lycée ! Impossible de prétendre seule plus longtemps, Erika se voit contrainte de rencontrer le fameux jeune homme et de lui demander s’il veut bien se faire passer pour son amoureux… Sata lui offre un compromis des plus étranges : il jouera les petits amis, si elle accepte de lui obéir au doigt et à l’œil comme un bon chien-chien… Celui qu’elle avait pris pour un prince, se révèle bien sombre ! Pourtant, elle accepte le marché de Sata… Le couple insolite n’a pas fini de se disputer… et de se découvrir.

     

    Avis par Jake :

    Un shojo qui sort un peu de l’ordinaire ! On a l’habitude de trouver dans ce genre des jeunes gens follement épris l’un pour l’autre, et bien tout commence par la colère et le chantage dans cette œuvre-ci ! Etant plutôt un lecteur shonen, je n’ai pas trouvé que ce manga était captivant, pourtant je dois tout de même avouer avoir bien rigoler à certains moments, notamment les premières pages durant lesquelles les filles débattent de sexe et de pratiques bizarres ! Beaucoup d’humour donc, très sarcastique pour la majorité, avec un Sata très blasé sur les relations amoureuses. Erika est l’héroïne typique de shojo, qui se met dans des situations impossibles. Les deux révèlent cependant un bon fond, comme nous le montrent les chapitres au fur et à mesure. L’évolution de leur relation reste assez claire, évidemment. Côté dessin, c’est assez réussi. Très féminin, également. Cela colle parfaitement avec le genre ! En somme : un nouveau shojo assez original et drôle qui ravira les amatrices du genre ou celles qui rêvent de se replonger dans l’univers (compliqué !) du lycée et de ses péripéties amoureuses…

    Lien direct : Editions Kurokawa


    votre commentaire
  • Devil’s lost soul - Tome 01 - Kaori Yuki

     

    Résumé :

    Garon est le fils et futur héritier du baron, un homme assez froid et cruel. Un jour, après un terrible tremblement de terre, Garon fait son possible pour sauver un jeune garçon prisonnier sous les débris : Sorath. Lorsque, finalement, le garçon sort de terre, on découvre sur la paume de sa main une marque brûlée sur sa peau. Kiyora, la fiancée de Garon, celui-ci et Sorath se promettent rapidement de rester amis pour la vie… Mais la vie n’est pas aussi simple : Kiyora semble éprouver de forts sentiments pour Sorath. En ville, des gens sont tués, et on les retrouve privés d’un ou deux membres… Sorath découvre bientôt que le baron cache une jeune fille au charme fascinant qui semble hériter de ces membres…

     

    Avis par Jake :

    Classé dans les shojo, ce manga en 6 volumes serait plutôt à mettre dans les seinens ! Car même si les relations entre les trois personnages principaux sont importantes, je trouve que c’est avant tout l’ambiance noire et glauque qui prend le pas sur l’œuvre ! Et c’est très intéressant, on apprécie de ne pas savoir exactement sur quel pied danser… De même, les personnages sont donc très durs à cerner. Finalement, c’est Sorath qui (bien qu’ayant des origines mystérieuses) semble le plus sain et naïf. Alors que Kiyora paraît infidèle, que Garon a un tempérament étrange vis-à-vis de son père. Même sa relation avec Sorath est difficile à déterminer exactement… Ce premier tome aurait presque pu être un one shot… Il reste que tout la trame concernant le passé de Sorath et sa mystérieuse marque seront très certainement expliquées dans la suite de cette œuvre ! Un manga très sombre et intriguant !

    Lien direct : Editions Pika


    votre commentaire
  • Le garçon d’à côté - Tome 01 - Rubico

     

    Résumé :

    Shizuku est une jeune étudiante que seules les bonnes notes intéressent. Haru, lui, n’est plus revenu à l’école depuis une bagarre entre élèves. Il risque même de se faire renvoyer, s’il ne fait pas rapidement son retour en classe. Une de leur professeur pousse Shizuku à amener à son voisin de classe des polycopiés pour les cours. Celle-ci obéit et rencontre un garçon très naïf et gentil qui cache une très grande intelligence académique… Le garçon se prend immédiatement d’affection pour Shizuku et décide même qu’ils sont amis ! Contre toute attente, le sort de Haru va la préoccuper au point qu’elle s’entiche même du garçon. Même s’il l’énerve constamment, Shizuku fera son maximum pour l’aider… jusque au moment où elle va réaliser qu’elle est tombée amoureuse du garçon !

     

    Avis par Jake :

    Devant les critiques très positives de ce shojo, il fallait que je me fasse ma propre idée. Malheureusement, l’œuvre est trop destinée à un public féminin. Je n’accroche pas trop avec les romances aussi improbables et immédiates. Le personnage de Shizuku est pourtant très bien : elle a les pieds sur terre, se concentre sur ses études. En revanche, Haru est complètement à côté de la plaque et paraît presque autiste… C’est certainement ce que le personnage féminin a trouvé attachant : il a besoin d’elle pour s’en sortir. D’un point de vue scénario, toute la trame tourne autour de leur relation et cela manque un peu de substance pour moi… Côté dessin, c’est très réussi : les visages et expressions sont parfaits ! On retrouve même un peu de Soul eater dans les mines blasées de Shizuku, ce qui forcément m’a bien plu ! Petit manque sur les décors assez vides, mais cela ne choque pas vraiment… Enfin, j’ai apprécié l’humour de l’ouvrage. A réserver aux fans de pur shojo…

    Lien direct : Editions Pika


    votre commentaire
  • Image hébergée par servimg.com

    Résumé :

    Un des élèves de l’académie Morinomiya débarque un jour à la crèche, demandant à voir le bébé de Mme Sawatari, l’un des professeurs de l’école, car il compte prochainement devenir son beau-père… Cela perturbe Ryuichi qui se demande si la maman de Midori a une liaison ! Puis c’est le premier jour de plage pour les bébés, et Ryuichi culpabilise que son petit frère Kotaro craigne la mer : il se rappelle un temps où ils y étaient allés avec leurs propres parents… Suite à une grosse bêtise, le grand frère de Taka ne lui adresse plus du tout la parole. Pour le petit, c’est pire que la plus infâme punition, mais il doit tenter de se rendre compte de sa responsabilité dans l’histoire, quelque chose qui n’est pas facile à son âge… Enfin, pour la première fois, Kotaro est en charge d’une mission : il doit traverser l’académie pour amener son bento à son grand frère, qui l’a oublié en partant de la crèche…

     

    Avis par Jake :

    Les aventures de Kotaro et Ryuichi se poursuivent à l’académie Morinomiya, et elles sont toujours aussi touchantes et poignantes. Ce tome met un peu moins l’accent sur l’humour, et un peu plus sur la gravité de la situation, notamment avec l’épisode de la plage où Ryuichi s’interroge énormément sur son rôle de substitut de parent pour son petit frère. La directrice fait cependant un très bon effet de figure paternel… avec le tact en moins ! De même, la dispute entre Taka et son grand frère est très symbolique : jusqu’où peut-on ou doit-on pardonner un enfant en bas âge, sous prétexte qu’il ne comprend pas tous les tenants et aboutissants ? Bien sûr, ce ne sont pas vraiment ces questions « philosophiques » qui m’ont fait tomber amoureux de ce manga, mais bien sûr l’aspect sentimental et bon enfant (trop fort le jeu de mots, merci !) de ce shojo. Cela reste merveilleux et ce manga s’est hissé en l’espace de quelques mois parmi mes préférés !

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Baby-sitters - Tome 02 - Hari Tokeino

    Résumé :

    La vie continue à la crèche de l’académie Morinomiya. Kotaro reste ébahi devant un livre d’animaux, son grand frère Ryuichi décide alors d’amener tous les enfants au zoo, avec certaines des mamans. Hayato annonce à son petit frère Taka qu’il ne l’aime pas plus qu’il ne le déteste, ce qui plonge l’enfant dans une tristesse sans nom ! Puis alors que Ryuichi est malade, c’est au tour de Kotaro et de la directrice (Moutmout !) de prendre soin de celui qui pense toujours aux autres… Ryuchi essaiera également de promouvoir son club, mais il est moins populaire que celui de baseball ! Pourtant, ça ne l’empêchera pas de gagner un nouveau membre… Enfin, un des deux jumeaux semble miné car son frère devient plus indépendant. Quant à Kotaro, il se passionne pour des œufs de poussins sur le point d’éclore !

     

    Avis par Jake :

    Cela se confirme : Baby-sitters est une petite bombe dans le monde du shojo ! Les dessins s’affirment avec des petites bouilles à croquer. Des caractères appuyés qui font rire : notamment Kotaro qui est toujours stoïque, ou le duo Hayato / Taka et leurs caractères effrontés (on pense au « Badaaaade ! » de Taka (à comprendre bien pûr : « banane ! »). Le majordome est davantage présent, et c’est une bonne chose car il apporte une dose supplémentaire d’humour, et c’est également le cas de la directrice (à ses dépends !), plus connue sous le nom de « Moutmout » pour le petit Kotaro ! Question scénario, on ne tourne pas en rond, l’auteur parvient à inventer pour l’instant suffisamment de situations cocasses ou touchantes. Car c’est la beauté de ce shojo : on passe sans problème de l’un à l’autre. Baby-sitters, c’est une parenthèse de douceur dans ce monde de brutes. J’adore !

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire
  • Soul eater not - Tome 02 - Atsushi Ohkubo

    Résumé :

    Tsugumi et ses amies continuent leur enseignement, et c'est le tour des épreuves physiques ! Mémé et Anya s'en sortent plutôt bien, contrairement à la troisième, toujours perturbée par la proposition d'un des meilleurs élèves de la classe NOT, qui lui a proposé de devenir son partenaire... Au café, deux américaines à problèmes ont été embauchées comme serveuses et font fuir la clientèle... Seule Tsugumi persiste, et elle devient même inspirée par la force de caractère des futures armes démoniaques de Death the Kid ! L'investigation se poursuit pour débusquer la sorcière qui se cache derrière le dernier renégat de Death City... Une sorcière qui trouvera même le moyen de retourner Eternel Feather...

     

    Avis par Audrey :

    Un deuxième tome qui confirme les impressions du premier. Le début m'avait fait un peu peur en s'appesantissant sur le côté "fille", mais cela est vite rattrapé par de l'action ! Tout le charme du shojo est conservé, à travers le petite café qui semble tout de même au centre de l'intrigue. Mémé reste malgré tout un personnage assez insipide jusque là. Heureusement, ce n'est pas le cas de ses comparses... Et nous avons en plus la chance d'avoir en guest star Maka, Soul, et Kid et les filles, ce qui est toujours très agréable ! Les dessins sont superbes. J'apprécie énormément le mélange des genres qui a lieu dans cette série dérivée, en ce sens, Soul eater not ! est encore mieux que l'original ! Dommage que les volumes ne sortent pas à un plus grand rythme ! L'action n'est pas du tout en reste puisqu'une nouvelle méchante a d'ores et déjà fait son apparition. Bref, une grande réussite, c'est officiel !
     

    votre commentaire
  • Soul eater not - Tome 01 - Atsushi Ohkubo

    Résumé :

    Tsugumi est une adolescente de 14 ans qui se rend pour la première fois à Death city pour intégrer l'école de Shibusen. Son rêve est de parvenir à entrer dans la classe EAT, l'élite des chasseurs d'âmes dangereuses. Pour l'instant, elle est en NOT... Ce n'est pas la panacée, pourtant elle se fait immédiatement des amies en les personnes de Mémé, une fille à la poitrine imposante, mais à la mémoire de poisson rouge ; et d'Anya qui vient d'une famille très aisée et voit son mode de vie changer radicalement ! Entre éviter de se faire exploiter par Kim, survivre aux agresseurs qui s'en prennent à elles dans les rues, et améliorer leurs capacités, la vie n'est pas simple pour les trois amies... Heureusement, c'est aussi l'occasion de belles rencontres et de nouvelles expériences...

     

    Avis par Audrey :

    On ne présente plus Soul eater, qui malheureusement prendra fin dans quelques mois puisqu'il ne reste plus qu'un tome à paraître... En revanche, voici sa série dérivée : Soul eater not ! qui prend place dans le même univers délirant... Le dessin est évidemment aussi bon que dans la série originale, mieux peut-être, étant donné qu'il y a moins de combat, et qu'une attention toute particulière a été développée pour les détails. Côté scénario, on se rapproche un peu plus du shojo, même si le manga reste très abordable pour garçons comme pour filles. L'ambiance est très agréable, et cela donne presque une colonie de vacances, avec les dortoirs et les petits boulots. Les trois personnages principaux sont attachants, particulièrement Tsugumi et Anya (parce qu'avec sa mémoire, pour l'instant Mémé n'a pas apporté grand chose à l'histoire)... C'est drôle, bien ficelé, et pour l'instant cela ne manque pas une seconde d'action ! Espérons que la suite soit à cette image, et que l'on ait un véritable successeur au magnifique Soul eater !

    Lien direct : Editions Kurokawa


    votre commentaire
  • Image hébergée par servimg.com

    Résumé :

    Ryuichi et son très jeune frère Kotaro ont perdu leurs parents, mais ils leur sont offerts une place dans une académie. Lorsqu'ils s'y retrouvent, la directrice apprend à Ryuichi qu'en échange il devra s'occuper de la crèche de l'école tout le temps où il n'est pas en cours. Habitué à s'occuper des bébés grâce à Kotaro, Ryuichi va rejoindre un baby-sitter très space pour garder tous les enfants des professeurs. Le sentiment des petits est très similaire à celui des deux garçons, désormais privés de leurs parents... Ryuichi va s'impliquer au maximum, convainquant même une fille de sa classe au caractère cinglant, de donner un coup de main...


     
    Avis par Jake :

    Je ne suis pas shojo à la base, mais peut-être Est-ce le fait d'avoir eu un bébé qui m'a adouci ! ^^ Le fait est que j'ai passé un super moment de détente. L'atmosphère y est tranquille et légère. Kotaro est trop mignon et le petit frère parfait. Ses petits "voui" sont à croquer. Ryuichi est le garçon presque parfait plein de responsabilités qui prend en main la situation difficile pour son frère et lui. Les personnages secondaires sont très réussis : la directrice qui joue les dures mais qui a un cœur tendre et plein de compassion ; le baby-sitter qui semble tout le temps stone ; le grand frère agressif qui se prend d'affection pour Ryuichi. Niveau dessin, c'est réussi. On retrouve les traits (plutôt arrondis) du shojo, mais le critère "mignon" est exploité au maximum avec les bébés, et on ne tombe pas dans le larmoiement. C'est un shojo très réussi dont il me tarde de découvrir la suite pour savoir s'il réussira à garder le niveau qu'il s'est imposé ici ! A suivre...

    Lien direct : Editions Glénat


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique